Après le vote chez AIR FRANCE

dimanche 6 mai

Je salue le courage des salariés d’Air France qui malgré toutes les pressions ont dit non au chantage, oui à l’augmentation des salaires.

Plus de 80 % des salariés d’Air France se sont exprimés sur le référendum proposé par son PDG.

55,44 % d’entre-eux ont répondu non aux propositions de Jean-Marc Janaillac.

Les salariés disent donc OUI aux propositions de l’intersyndicale qui sont défendues par les parlementaires communistes à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Je prends acte de la décision de Jean-Marc Janaillac de démissionner de son poste de PDG, suite à ce résultat. C’est tout à son honneur.

Maintenant, il revient à l’actionnaire principal, l’État, de prendre la main et de mettre fin au conflit d’Air France en donnant satisfaction à celles et ceux qui font la richesse de cette entreprises, c’est-à-dire les salarié·e·s.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français