LAÏCITE : UNE IDEE DEPASSEE ?

lundi 22 décembre 2008
par  Marcel MAGNON

En 2005, pour le centenaire de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, il y a eu beaucoup de discours et beaucoup de « cinéma » autour de l’idée de laïcité.

Périodiquement revient sur le devant de la scène l’idée qu’il faudrait abandonner cette valeur et inscrire dans la constitution ( européenne notamment ) la référence aux racines chrétiennes de l’Europe. Un documentaire passé récemment à la télé montrait le forcing que font dans ce sens plusieurs pays d’Europe.

En ce qui concerne le cercle de silence de Montélimar, il a été initié par une dizaine de personnes connues pour leurs engagements : catholique pour certain(e)s, protestant pour d’autres, et agnostique voire athée pour les autres.

Imaginons une république fondée sur une religion : loin de nous relier, comment pourrions-nous travailler ensemble sur ce qui nous réunit tou(te)s, à savoir le refus de la xénophobie ?

Seule la pratique de la laïcité nous permet ce vivre ensemble. Et c’est pourquoi, s’il est indéniable que chacun vient au cercle avec ses propres valeurs, nous avons collégialement décidé de refuser le soutien es-qualité, de partis politiques, de syndicats ou de groupes religieux pour évacuer tout risque de récupération partisane.

Je crois que nous faisons bien la démonstration, à Montélimar, que nos convictions philosophiques et religieuses différentes ne sont pas un obstacle à l’action commune mais au contraire une richesse, dans la mesure où chacun(e) de nous respecte l’autre.

Le cercle existe maintenant depuis près de huit mois et jamais l’appartenance de telle ou telle personne à tel ou tel groupe ne nous a posé le moindre problème.

Finalement le fait que l’on croie au ciel ou que l’on n’y croie pas, ne peut empêcher la paix d’ exister entre hommes de bonne volonté.

Loin d’être une idée dépassée, la laïcité est au contraire une idée à cultiver !

Ce 20 décembre 2008, Marcel MAGNON