DES COMMUNAUTES DE TRAVAIL A L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

mercredi 15 octobre 2008
par  Communication Pcf 26

Cette table ronde qui s’est déroulée à la Maison des Syndicats de Valence, a été l’occasion d’entendre différentes interventions d’un panel d’invités assez large. Elle était très intéressante ; quelques extraits :

- Michel Chauvy auteur du dernier livre sur Boimondeau. Selon lui, les communautés de travail, c’est autre chose que les coopérative ouvrières dont elles ont utilisées les statuts faute de législation propre. Des principes et des règles de vie communes s’imposent aux membres. Il y a la fraternel et « la règle » . Le capital de l’entreprise est collectif et le salaire est attaché pour partie à la « valeur humaine ». La notion de Contre-Effort pour compenser la pénibilité de certains travaux est mise en œuvre.

Informer, débattre, décider, cela a déjà à voir avec une certaine démocratie participative. L’obligation d’éducation et de formation, s’apparente à la formation tout au long de sa vie évoquée actuellement. Les questions du logement, de la garde d’enfants, des malades faisaient partie des préoccupation de la communauté et cela rejoint les services d’aide à la personne de notre temps.

Les valeurs défendues par Boimondeau ne sont-elles pas plus contemporaines que jamais ?

- Une intervention sur la Cartoucherie de Bourg-les-valence : manufacture d’impression de cottonade ; y-a-t-il un essai de phalanstère ?

- Historique du Foyer de La Manu, communauté de vie avec des principes participatifs, élections et conventions.

- Analyse Socio-économique des communautés de travail : il s’agit de projets radicaux (expériences), d’îlots progressistes, alternatifs (prônant la vertu de l’exemple, avec l’espoir que ces idéaux se diffusent par capillarité à la société environnante) : selon l’intervenante, il y a eu quatre temps : phalanstère (communautés parfaites), dépasser la philanthropie autoritaire, transfert d’idées de Besançon à Valence, communautés néo-rurales.

Il ne s’agit pas seulement de projets réformistes, mais de ruptures selon plusieurs dimensions :

  • philosophique : rapport homme - société, rapport avec l’environnement
  • économique : thèses personnalistes ; suppression de la division du travail , épanouissement de l’individu, consommation différente, rapport à la monnaie, propriété du capital, répartition des revenus
  • social : éducation, apprentissage, …
  • politique : cohérence d’ensemble

Evocation des travaux de Danielle De Moustiers sur le « Communisme utopique »

- Interventin de Brigitte Barras (co-fondatrice de la Scop ARDELAINE à Saint-Pierreville en Ardèche.

Balazuc – entreprise de développement local – mutualisation

Aujourd’hui, selon elle, il y a besoin de réinterpréter ce besoin d’alternatives.

http://www.ardelaine.fr/

- REPAS (Réseau …)

Recherche de réponses globales -Emergences de ressentis en cas de crise - Ca bouge, mais il y a peu de visibilité médiatique - Inter-connaissance proximité solidarité - Ecriture de témoignages - Mutuelle Associatif Coopératif - Mécanisme du Hors-sol inhérent au développement des entreprises (expansion)

http://www.reseaurepas.free.fr/

- NEF (Nouvelle Economie Fraternelle) : société coopérative de Finances Solidaires

Besoin d’Utopie - Placement financier = bien commun

Projet de construction d’une Banque Ethique Européenne et Coopérative (Banca Ethica (Italie), Fiaré (Espagne))

http://www.lanef.com/

- Contribution de Pierre Antoine Landel

Mis en place le 1er septembre 2005, le Conseil Local de Développement " Valence - Drôme-Ardèche - Centre " représente un organe consultatif créé par la Région Rhône-Alpes en accompagnement de sa politique d’aménagement du territoire.

Le CLD constitue un véritable lieu de débats et d’échanges entre les acteurs locaux, dans le but d’accompagner la démarche d’élaboration d’un projet pour le territoire.

http://www.valdac.fr/

- Magasins de producteurs –Circuits courts

Quelques réflexions inspirées par ces interventions :

Le commerce équitable est une alternative à l’organisation libérale du commerce, synthèse entre croissance saine et progrès social (humain).

Je crois que c’est un champ d’interventions citoyennes, à la fois complémentaire et champ d’expérimentation grandeur nature, de l’action politique.

Le triptyque mainte fois exprimé, Mutuelle – Associatif – Coopératif, correspond à de la « mise en commun ». N’est-ce pas là, l’essence même du Communisme, du Communisme en actes.

Peut-être est-il temps de conjuguer « communisme municipal » et démarche participative, avec un « communisme social et solidaire » qui n’a pas peur de créer avec d’autres forces sociales et associatives, des alternatives concrètes, porteuses d’utopies et de réalisations qui « travaillent » la société et les individus.

Il y a beaucoup d’énergies individuelles et collectives dans notre pays qui s’ignorent et coopèrent difficilement pour des raisons historiques, philosophiques ou politiques ; alors qu’elles ont en commun une farouche volonté d’émancipation humaine pour vaincre toutes les formes de dominations et d’aliénations. Les stratégies utilisées sont parfois différentes, mais ne s’opposent pas. Un peu d’écoute, de dialogue et de maturité, permettraient à toutes ces potentialités de démultiplier leur efficacité et de donner un véritable sens à tous ces combats dispersés contre la mainmise de l’économie capitaliste.

Il est aujourd’hui temps de dépasser ce débat stérile entre réformisme et révolution. Beaucoup de réalisations, de réformes portent en elles de véritables ruptures, contestations et remise en question de la société actuelle. Il s’agit aujourd’hui de franchir un cap décisif dans des alternatives réelles et convergentes pour construire localement et globalement, d’autres modes de vie et de production pour aller vers l’épanouissement de chaque individu dans une société pacifiée et adulte.

Les prémisses d’une économie équitable, responsable humainement, socialement et écologiquement se mettent en place ici et maintenant. Soyons en des co-constructeurs, des co-élaborateurs, des co-décideurs. Soyons en de modestes artisans avec d’autres.

Collectif, Communauté, Fraternité, Solidarité ; sensibilités différentes mais valeurs proches. Avec en commun, la volonté de mettre l’être humain au coeur de l’économie et de la société.

Alors, Communisme Utopique ou Communisme du XXIème siècle ?