Un référendum pour nos retraites !

mercredi 26 février 2020
par  PCF Drôme

Au cœur d’un processus de lutte inédit marqué par des semaines de grève et de manifestations, le projet de réforme Macron des retraites est arrivé à l’Assemblée Nationale.
C’est à ce moment que les députés communistes et l’ensemble du groupe gauche démocratique et républicaine, ont repris et mis en avant l’idée d’un référendum.

Avec l’appui de leurs collègues du groupe CRCE au Sénat de nombreux autres parlementaires, de syndicalistes et de membres du CESE, ils ont ainsi marqué les premiers instants du débat parlementaire en lançant la bataille contre le projet de loi gouvernemental avec cette proposition.

En appui des luttes en cours, le référendum est en effet un outil qui peut permettre de parvenir au retrait d’une réforme que 61% des français rejettent. Si MM. Macron, Philippe et consorts sont aussi sûrs de leur fait, ils doivent accepter de soumettre leur réforme à l’appréciation du peuple. La démocratie ne s’exerce pas seulement au moment des élections. Dans une société moderne, la consultation démocratique doit jalonner en permanence toute la vie politique du pays, particulièrement lorsqu’il s’agit de projets systémiques engageant l’avenir des futures générations. Le référendum est en effet le moyen d ‘obtenir l’expression directe des citoyens et des citoyennes. Le référendum, c’est aussi un excellent vecteur pour permettre la prise de relais réel par le politique, d’une lutte syndicale et revendicative qui a clairement démontré la nocivité d’une telle réforme.

Dans une situation où les grévistes payent cash les jours de grève, et où il est difficile d’envisager un redémarrage immédiat d’une telle forme d’action, le référendum leur donne une nouvelle occasion de s’exprimer, de faire entendre leur voix et de porter leurs propositions. Car le référendum ce n’est pas simplement mettre un bulletin dans une urne. Le référendum dans sa préparation, c’est surtout l’occasion d’un large débat d’idées.
Rappelons-nous les débats qui ont entouré les référendums sur l’Europe de 1992 et de 2005, permettant une confrontation sur le fond des divers projets en présence et donnant la possibilité d’un éclairage politique de qualité sur les intentions des uns et des autres. C’est aussi un viatique très fort de la cohésion nationale et du rassemblement de la population sur des positions claires et donc une aide majeure au rassemblement créatif des forces politiques, particulièrement de celles voulant incarner la gauche de transformation sociale.

Le refus de Macron et de sa bande de mettre en œuvre une telle consultation attesterait à la fois de l’autoritarisme élyséen et de la grande faiblesse du projet gouvernemental. Il donnerait ainsi clairement à voir le choix totalement antidémocratique du pouvoir face au débat en cours à l’Assemblée Nationale avec en toile de fond l’utilisation du 49-3 agitée de plus en plus clairement ces derniers jours, sous forme de chantage.

Alors raison de plus pour signer massivement l’appel à référendum repris par le journal « l’Humanité » et la pétition à ce propos que les militants et militantes communistes ne manqueront pas de vous soumettre dans les prochains jours.

Jean-Marc Durand