Thierry Breton , un libéral pur jus !

mardi 5 novembre 2019
par  PCF Drôme

Désigné candidat au poste de Commissaire européen du marché intérieur par Emmanuel Macron, le PDG d’Atos, aussi président de la fondation Bernard Arnault et ancien ministre UMP des Finances, est le parfait exemple du capitalisme français pratiquant sans gêne la connivence et le conflit d’intérêts. Après le rejet de Sylvie Goulard par le Parlement européen le 10 octobre, l’Elysée s’est rabattu sur Thierry Breton, un fidèle de Martin Bouygues et de David de Rothschild. D’ailleurs, le bon serviteur du capital qu’est Thierry Breton, n’hésite pas à se vanter « d’avoir fait Emmanuel Macron ».

Comme beaucoup d’autres, Thierry Breton relève de ce petit monde parisien où se côtoient les grandes fortunes françaises, des banquiers et des hauts fonctionnaires. C’est sous le mandat de Thierry Breton à Bercy que l’Etat a cédé une partie du capital d’EDF en novembre 2004. De même, c’est aussi lui qui met en œuvre la privatisation totale de GDF. Aujourd’hui ces deux privatisations figurent parmi les plus désastreuses, liquidant le service public, privant l’Etat d’outils pour promouvoir sa politique énergétique au nom d’une concurrence qui a conduit à l’explosion des tarifs : en dix ans les prix du gaz et de l’électricité ont augmenté respectivement de 50 % et 40 %.
Mais il y a eu une privatisation tout aussi scandaleuse : celle des autoroutes, opération qui s’apparente à un pillage de biens publics et dont la mise en œuvre a été pilotée par Breton.
Des années ont passé, mais Thomson a encore la mémoire à vif en se souvenant de la façon dont Thierry Breton alors dirigeant de Thomson a organisé la liquidation de toutes les activités (multimédia, son, image ) dans lesquelles le groupe français avait pourtant de grandes avancées. Et dans le dossier France Télécom, c’est encore lui, quand l’entrée du groupe dans le haut débit intégré est accompagnée par une violence sociale terrible pour les salariés.

Et à Atos dont Thierry Breton a démissionné il y a une semaine pour être fin prêt a être auditionné par Bruxelles, la croissance du groupe dans les services numériques s’est faite à coups de rachats, de Bull notamment, de placements boursiers. En 2015, les consignes du groupe étaient : « il faut sortir les salariés indésirables ».
Le groupe ne veut « ni seniors, ni syndicalises, ni handicapés ». Là encore, Thierry Breton était à la manœuvre. Ce dernier comme tous ses homologues à la botte de la finance et de Macron, ne manquent pas ces dernières semaines de souligner la nécessité de repousser l’âge de la retraite, compte tenu de l’allongement de la durée de la vie, au nom de la dette et de la rigueur budgétaire, bien sûr…
Ce sont des choses qui ne s’oublient pas. Mais la Macronie sait faire des miracles : elle sait éclipser les conflits d’intérêts et les connivences d’affaires, sûrement parviendra t’elle aussi à imposer le parfait exemple de ce capitalisme français que chérit la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula Vonder Leyen que Thierry Breton connaît depuis plusieurs années.

Confier ce portefeuille stratégique à un membre du patronat fait craindre le pire en matière de réindustrialisations, de protection des salariés et dérégulation des plateformes, enjeux capitaux pour notre avenir.

Aussi le PCF s’insurge contre ce choix et formule le vœu que M. Breton reçoive le même accueil que Mme Goulard de la part des parlementaires européens.

Pierre TRAPIER


Brèves

28 septembre - GUERRE COMMERCIALE

Le protectionnisme pourrait provoquer une récession mondiale, a estimé vendredi à la tribune de (...)

16 mai - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)