RÉFORME DES RETRAITES : L’ENTOURLOUPE DU SIÈCLE

mercredi 9 octobre 2019
par  PCF Drôme

Le rapport du Haut commissaire JP.DELEVOYE, promu ministre chargé de la réforme des retraites, c’est la pédagogie de l’entourloupe. Approximations, simulations insincères, arguments spécieux truffent cette littérature au service d’un seul et même objectif : faire baisser le « coût » des retraites pour les employeurs et les dépenses publiques au détriment de la presque totalité des bénéficiaires.
Tous perdants, nous serons, et c’est bien là le problème.
Il fallait donc habiller cette réforme d’un costume d’apparat en utilisant de grands mots aux connotations positives : équité, solidarité, simplicité, visibilité, pérennité financière…Mais ce qui se cache derrière et beaucoup moins positif….
Voici donc un panel représentatif de ce tour de passe-passe avec quelques déminages :

- Un système plus juste où un euro cotisé donne les mêmes droits ?
Oui, mais plus d’égalité c’est possible aussi avec le système actuel en l’alignant...par le haut. Avec la réforme Delevoye, l’alignement de tous les régimes présenté comme équitable consiste à...réduire les droits, par exemple, ce n’est pas anodin, il fait passer l’âge de départ des aides soignantes de 57 à 62 ans !

- Un système plus solidaire qui redistribue des carrières complètes et ascendantes vers les carrières heurtées ou à faibles revenus, comme les femmes, qui seraient globalement mieux traitées du fait que chaque période indemnisée validerait des points  ?
Argument fallacieux car actuellement valider un trimestre a un impact sur le taux de pension et le fait que les trimestres indemnisés, qui sont source de revenus diminués, peuvent être exclus de la base de calcul des 25 meilleures années, est plutôt un avantage qui disparaît.
Mais l’anomalie fondamentale est que la redistribution selon le haut commissaire, c’est entre carrières complètes et précaires, mais jamais entre travailleurs et détenteurs de capitaux, son rapport fait l’impasse totale sur la hausse des cotisations employeurs et sur le partage des richesses

- Des droits familiaux renforcés - majoration de 5 % de la pension par enfant, dès le premier pour plus de solidarité ?
C’est loin d’être démontré : ainsi une mère de 3 enfants bénéficie actuellement d’une majoration de 6 annuités (soit une majoration d’assurance de 16 % pour une carrière incomplète de 37 annuités) à laquelle s’ajoute une majoration de pension de 10 %, elle n’aurait désormais plus qu’une majoration de pension de 15 %, et, si sa carrière est incomplète, n’ayant plus de majoration de trimestres d’assurance elle devra reculer son départ à la retraite.
Le nouveau calcul de la réversion s’avère plus ou moins favorable selon la situation actuelle du conjoint décédé et du bénéficiaire, la condition de ressources est supprimée mais est réintroduite indirectement par le calcul des 70% qui incluent les ressources du bénéficiaire et puis….le droit à la réversion disparaît en dessous de 62 ans et serait fermé en cas de divorce...

- Un système qui renforce la capacité des usagers à anticiper et à choisir le moment de la retraite ?
Mais comment ? Alors que la question du taux de remplacement, élément essentiel de visibilité n’est pas abordée et que les affirmations selon lesquelles la valeur du point ne pourra pas baisser sont contredites tout au long du rapport.

- Un système qui redonne confiance aux jeunes dans la répartition ?
C’est trop fort, si les jeunes n’ont pas confiance dans le système actuel, c’est largement rapporté aux baisses successives du taux de remplacement des pensions depuis près de 30 ans qui sont imputables à des politiques concertées.
Comment redonner confiance aux jeunes alors que ce sont eux, ceux nés en 75/80, qui seront les plus touchés par la réforme. Les simulations réelles montrent que 98 % des futurs pensionnés verront à terme leurs pensions… baisser en moyenne de 15 % !

On ajoutera rapidement pour ne pas alourdir le propos que les cas types simulés dans le rapport sont trafiqués et dissimulent la vérité (site réformedesretraites.fr) que la nouvelle « gouvernance » qualifiée d’ innovante consiste… à centraliser la décision au niveau du pouvoir central et à remplacer la négociation par la consultation (ce qu’en langage macroniste on appelle « la concertation ») à sur représenter les « experts » dans les conseils consultatifs etc. etc...

Il faut dénoncer haut et fort cette véritable escroquerie, c’est de notre avenir commun qu’il s’agit, ne les laissons pas détruire ce qui a été construit par les luttes, une autre réforme est possible, plus juste, efficace socialement permettant à tous de vivre dignement la dernière partie de la vie, dans une société qui respecte tous les âges.

Nicole GRENIER-MERICO


Brèves

28 septembre 2019 - GUERRE COMMERCIALE

Le protectionnisme pourrait provoquer une récession mondiale, a estimé vendredi à la tribune de (...)

16 mai 2019 - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier 2019 - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier 2019 - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier 2019 - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)