GRÈVES AUX URGENCES : l’hôpital public malade du capitalisme

mercredi 18 septembre 2019
par  PCF Drôme

Les problèmes de l’hôpital public ne sont pas dus à la fatalité, ils sont le résultat de politiques concertées qui visent à marchandiser les services publics au nom de la doxa libérale.
Les attaques ne datent pas d’hier : Le numerus clausus a été mis en place en 1972 avec l’aval des principaux syndicats médicaux, apprentis sorciers à vision corporatiste. Dès le départ, le déficit de professionnels de santé était prévisible à l’horizon des années 2000.
Excluant petit à petit la démocratie sanitaire, le pouvoir central a repris en main notre système de santé : 1991, (création de l’ONDAM, enveloppe budgétaire fermée), 2004, tarification à l’activité, 2009, création des ARS (loi HPST Bachelot).
Cette loi était une attaque en règle contre l’hôpital public, le service public pouvant désormais être assuré sur un territoire par le privé lucratif, les hôpitaux publics gérés comme des sociétés commerciales, les partages et transferts d’activité entre établissements privilégiés, les fermetures de services accélérées.
Résultat, dans le public, le nombre de lits de pleine hospitalisation a baissé de 130 000 depuis 1980 alors que la population a augmenté de 20%.
La tarification à l’activité est notoirement défavorable au public, l’enveloppe budgétaire fermée étrangle les établissements publics, plus d’un sur deux est en déficit en 2018 (1,5 milliards au total).300 hôpitaux (1/3) sont en endettement excessif, (30 milliards au total).
La dette plombe les comptes et les bâtiments se dégradent, les matériels sont moins à la pointe, les plans d’économie se succèdent.…pour rénover, construire, l’hôpital fait appel au partenariat avec le privé qui prend son profit au passage...
La situation des services d’urgence est la partie la plus visible de cette mise à mort de l’hôpital, et les parlementaires communistes à l’issue de leur tour de France 2018/2019 ont à juste titre décrété l’état d’urgence pour l’hôpital !
Aujourd’hui les urgences sont en permanence saturées et plus de 240 sont en grève, du jamais vu !
Il faut ajouter qu’avec la pénurie de médecins, ceux qui sont en ville ne remplissent plus leur rôle d’’accès à l’urgence, la nuit, le week-end, pendant les vacances et l’engorgement ne cesse de s’intensifier.. L’hôpital a d’énormes difficultés de recrutement, la souffrance des personnels s’accroît et avec les dépassements d’honoraires, le privé offre de bien meilleures conditions financières. Les vacances de postes sont à leur tour utilisées pour justifier la fermeture de services.
Face à une grève massive, la ministre de la Santé, parle comme toujours de problèmes d’organisation et promet de consacrer " 750 millions d’euros " sur 3 ans pour…filtrer l’accès aux urgences. Mais cette somme dérisoire sera puisée dans des crédits existants, ce qui va aggraver les difficultés des autres services. C’est un véritable déni gouvernemental !
Ce système qui privilégie le profit et les valets qui le servent, une fois de plus, sont incapables de répondre aux besoins de la population, une autre logique est possible.Les parlementaires communistes, à partir de leurs 86 propositions parmi lesquelles le moratoire de la fermeture de services , la création de 100 000 lits, un ONDAM à + 5%... vont proposer une « loi-cadre pour la santé » avant fin septembre 2019.
Nicole GRENIER-MERICO


Brèves

28 septembre - GUERRE COMMERCIALE

Le protectionnisme pourrait provoquer une récession mondiale, a estimé vendredi à la tribune de (...)

16 mai - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)