Septembre, nouveau mois de chauffe !

mercredi 4 septembre 2019
par  PCF Drôme

L’éditorial du Figaro du 11 Août résume bien à sa manière l’inquiétude « au sommet de l’Etat ». De manière révélatrice, il s’intitule « Calme trompeur ».
En plein mois d’Août, ce sont désormais 220 services des urgences qui sont en grève. Une grève qui ne cesse de s’étendre. Un mouvement national de grève des pompiers à l’appel de 7 syndicats depuis le 26 Juin ou encore en ce moment même, dans un secteur qui est pourtant le plus précaire, le moins organisé, les livreurs de Deliveroo qui se dressent contre l’exploitation féroce dont ils sont victimes et qui fournissent l’image de ce que Macron et le capital financier voudraient imposer à tous.
Lors du dernier Conseil du 17 juillet, Macron a lancé à ses ministres « vous devez partir en vacances la peur au ventre ». Quelle crainte étreint président et gouvernement ? Quelques jours avant la rentrée de septembre où ils veulent poursuivre la casse engagée, quelques semaines après la Loi santé et la réforme de l’assurance chômage dont le décret paru le dimanche 28 juillet s’en prend brutalement à l’indemnisation des chômeurs, du CETA qui veut faire la peau à nos agriculteurs, que craignent ils ?
Alors que le versement des dividendes aux actionnaires bat tous les records, Ils craignent que les colères qui s’expriment se traduisent dans de vraies convergences, autrement dit une prise de conscience menant à des victoires sociales. En un mot, à leurs défaites.

Avec les retraites, le sujet se dit explosif ! La casse de tous les statuts et la réforme en profondeur rendue publique par Delevoye, constituent une pulvérisation du système et des garanties collectives.
Pas étonnant que le Medef salue « une réforme d’ampleur » dont il soutient « les grands principes ». Craignant de fortes mobilisations, le gouvernement ment et truque le réalité de sa réforme, il tergiverse, ruse. Et de nouveau joue le grand air de la « concertation avec les partenaires sociaux ». Prédire ce qui va se passer serait vain, mais de toute évidence, c’est une véritable bataille de classe qui va décider du devenir des retraites et du système par répartition.

Ce qui est donc à l’ordre du jour en cette fin Août, c’est de se préparer, de débattre, de lutter, pour répondre aux exigences populaires, pour faire progresser un projet alternatif crédible. C’est dans cet esprit que le PCF entend agir comme une force motrice de la reconstruction de la gauche pour gagner des victoires sociales indispensables à de futures victoires politiques.
L’Université d’été des communistes des 23, 24 et 25 Août à Aix-en-Provence et la Fête de l’Humanité du 13,14 et 15 Septembre s’inscrivent pleinement dans cette démarche.

Pierre TRAPIER