C’était la fête des Allobroges…

mercredi 3 juillet 2019
par  PCF Drôme

Dimanche 30 juin se tenait pour la seconde année consécutive à Mours, la fête des Allobroges, fête du parti communiste français de la Drôme. Sur toute la journée plusieurs stands d’associations : AFPS, ANACR, MRAP, Femmes en Luth, Femmes Solidaires, Loisirs solidarités retraites, mais aussi le collectif de défense de l’hôpital de Die, la Librairie Notre Temps, ont accueilli convives et visiteurs et les ont ainsi fait mieux entrer dans l’univers de leur action au quotidien. Divers partis représentatifs de la gauche départementale ont également répondu à l’invitation qui leur était faite (EELV, FI, PS).

Cette journée ponctuée par un débat politique sur la situation générale avait été précédée d’un temps d’accueil des partis politiques et associations ainsi que d’un repas fraternel. Un appel au soutien rédactionnel des Allobroges et à un nécessaire soutien financier du journal l’Humanité, ont également été lancés.

Avec un temps de préparation réduit dû à la proximité des élections européennes, cette fête a été réussie du point de vue de la participation. Elle aura été l’évènement politique drômois du week-end.

Au-delà, cette fête aura permis de revenir sur la séquence électorale récente et de mettre le doigt sur nos nécessaires évolutions, particulièrement en matière de présentation et d’explication de nos propositions. Il devient urgent de montrer et d’insister sur la cohérence qu’elles permettent d’opposer à celle que développe le camp néolibéral avec à sa tête Macron et son équipe.
Nous sommes aujourd’hui au cœur d’un affrontement idéologique qui oblige à venir sur le fond et à mener un vrai combat d’idées.

C’est de ce combat d’idées que naîtront les luttes de résistance mais aussi que se créeront les conditions d’une vraie alternative sur des contenus, fruits communs de propositions initiales et des apports des luttes elles-mêmes.
C’est ainsi que pourra être mise en cause la politique gouvernementale et que se construira le rassemblement à gauche sur des bases solides afin d’amorcer la conquête du pouvoir et d’ouvrir une perspective de changement fondamental de système, sans lequel il n’y aura pas de véritable amélioration du sort de l’humain et de la planète.

Et cela commence dès les prochaines municipales.

Jean-Marc DURAND