Réforme ferroviaire, un an après… les cheminots ne lâchent rien !

mercredi 12 juin 2019
par  PCF Drôme

Malgré un bilan social dramatique (suicides, pertes d’emploi, burn out, dégradation des conditions de travail…), les cheminots gardent la tête haute et continuent la lutte. Nous étions 15 000 cheminots à Paris le 04 juin à manifester à l’initiative de la CGT rejoint par l’Unsa, Sud Rail, la CFDT et les associations d’usagers, pour démontrer que la loi du 27 juin 2018 sur l’ouverture à la concurrence du ferroviaire n’est que mensonges, abandon du service public et du transport ferroviaire.

Le constat est là : suppression massive des emplois, disparition de métiers impactant la sécurité ferroviaire et la sûreté en gare et dans les trains (contrôleurs, agents chargés de donner les autorisations de départ…, fermeture des gares et des guichets, suppression de lignes, de trains, abandon définitif du fret ferroviaire SNCF, des trains porte-autos, mépris des besoins et des conditions des usagers. Cette loi va à contre-sens de l’histoire, des enjeux sociétaux et environnementaux.

Sur la région Auvergne Rhône-Alpes, après toutes les réorganisations déjà subies, le directeur SNCF régional et M. Wauquiez se sont fixés comme objectif en 2020, de laisser seulement 90 guichets sur tout le territoire Auvergne Rhône-Alpes toutes gares confondues et d’augmenter le nombre de Haltes à 250 (point d’arrêt, dépourvu de bâtiment voyageurs et de présence humaine), à la place des gares !
Ce n’est qu’une étape avant la disparition complète des guichets. Des lignes entières sans contrôleurs s’étendent…au même moment où l’on supprime les derniers agents sur les quais.
Sur la Drôme, les guichets de St Vallier, St Rambert d’Albon ont disparu, ceux de Romans, Valence et Pierrelatte ont une nouvelle fois subi des coupes drastiques dans l’effectif entraînant des fermetures de guichets et diminutions des services aux usagers en gare. Les guichets de Livron, La Voulte, Pierrelatte et Montélimar sont dans le viseur.

Pour faciliter l’ouverture à la concurrence et le transfert de son personnel aux futures entreprises privées ferroviaires, la SNCF souhaite fermer le dépôt de Portes-lès-Valence et transférer son personnel en gare de Valence. Elle en profitera bien sûr, au passage, pour supprimer une grande partie des emplois sédentaires ! Les cheminots de Portes, à travers un vote organisé par le syndicat CGT des cheminots de Portes-Lès-Valence et Sud Rail, se sont exprimés à 71% contre ce funeste projet. Ils sont entrés en lutte le 29 mai dernier par une grève d’une heure par jour pour sauver leur dépôt et leurs emplois.

Voilà les premiers effets de cette loi votée il y a un an !
Cette réforme comme on le prévoyait, a ouvert un boulevard à la politique ultralibérale pour en finir avec les services publics et la justice sociale. C’est à présent notre système de retraite et de santé que les mêmes insatiables souhaitent pulvériser. Il y a urgence à réagir, les cheminots appellent les salariés et les usagers à interpeller nos élus régionaux le 28 juin à Lyon.

Anne-Sophie DELAUNOY
Cheminote syndicaliste de Portes-Lès-Valence.


Brèves

28 septembre - GUERRE COMMERCIALE

Le protectionnisme pourrait provoquer une récession mondiale, a estimé vendredi à la tribune de (...)

16 mai - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)