INSTAURER UN MORATOIRE POUR STOPPER LES FERMETURES DE LITS, DE SERVICES, D’ÉTABLISSEMENTS..

mardi 28 mai 2019
par  PCF Drôme

Malgré 11 millions de vues sur internet "De la colère dans le cathéter", l’installation de 30 lits et tentes devant le service des urgences, des rassemblements devant l’administration du Centre hospitalier et devant l’ARS, la grève des infirmier.e.s et des aide-soignant.e.s des urgences depuis le 27 mars, des services chirurgie depuis le 13 mai, la simulation d’un suicide collectif devant l’établissement ce 23 mai, la direction applique le Plan de retour à l’équilibre, à savoir la fermeture de 30 lits et la suppression de 50 emplois.
La multiplication des actions, la lettre des grévistes aux parlementaires et au Président du Conseil d’administration ont contraint Nicolas Daragon, Maire (Les Républicains), Mireille Clapot députée (La République en Marche) de sortir de leur silence et de déclarer sans complexe qu’ils ont demandé à l’ARS des moyens pour l’établissement. Le premier a oublié sans doute que son candidat à l’élection présidentielle 2017, François Fillon s’engageait à diminuer la dépense publique de 100 milliards en 5 ans et que la majorité à laquelle appartient la seconde a décidé de demander des économies de 960 millions d’euros en 2018 et de 910 millions en 2019.
Fabien Roussel, député, Secrétaire nationale du Parti communiste a donné une suite à la rencontre du 14 mai avec le personnel en grève.
Dans une lettre à Mme Buzyn, ministre de la santé, il dénonce les mesures de restriction de prise en charge des patients. Il appelle à la levée des mesures de « maîtrise des dépenses (qui) prennent le dessus sur les objectifs d’accès aux soins, sur la vie de nos concitoyens, sur l’humain » et attend de Mme la ministre « qu’elle prenne des dispositions pour redonner au Centre hospitalier et aux hôpitaux de proximité de cette région les moyens d’assurer leurs missions de service public ».

Le 22 mai, le député communiste Alain Bruneel a présenté un projet de loi et une pétition pour instaurer un moratoire pour empêcher les fermetures lits, de services et d’établissements de santé et de bloquer les regroupements hospitaliers de territoire.(1)
Pour le député, « ce qui fait tenir les établissements, c’est le dévouement des personnels qui mettent leur vie entre parenthèses pour soigner les patients et assurer le service. Depuis des années, on les fait travailler dans l’urgence et l’économie en déshumanisant de plus en plus les soins. Cela devient de plus en plus dangereux pour tous. »

Quelle.s. initiative.s prendre pour faire connaître la proposition de loi et la pétition, pour la faire vivre ?

Yvonne ALLEGRET


Brèves

16 mai - Le peuple Brésilien relève la tête

Le président facho Jair Bolsonaro a traité avec mépris les manifestants qui ont envahi les rues du (...)

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)

14 novembre 2018 - Le gouvernement cubain a annoncé ...

Le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu’il retirait ses médecins du Brésil, après les menaces (...)