Une déception qui recèle de vrais motifs d’espoir

mardi 28 mai 2019
par  PCF Drôme

Tout d’abord merci à toutes celles et ceux qui se sont engagés aux côtés du PCF et de sa tête de liste Ian Brossat, aux élections européennes. Merci également à toutes celles et ceux qui par leur vote ont contribué à ce que le parti communiste reprenne place dans le paysage politique du pays. Avec vous nous avons fait une belle campagne. Ian Brossat et tous ses colistiers n’ont pas ménagé leurs efforts. Meetings, rassemblements, visites de terrain nous ont attiré la sympathie de nombreux concitoyens et ont refait du parti communiste une force agissante de la reconstruction d’une vraie gauche dans notre pays.

Cependant nous sommes déçus du résultat. Nous le sommes pour toutes celles et ceux qui se sont engagés sans compter dans cette campagne, pour toutes celles et ceux qui avaient mis leurs espoirs dans la présence de députés communistes au parlement européen pour mener le combat contre l’ultralibéralisme, pour toutes celles et ceux qui aspirent à un vrai changement en Europe et en France.

Pour autant nous nous devons d’analyser lucidement la situation. Nous avons sans doute oublié qu’il y a loin entre le retour d’un capital sympathie parmi notre peuple et la traduction de ce capital en résultat électoral. On ne peut également pas dire que les médias nous aient particulièrement mis en valeur. Une autre donnée à retenir est que de tout temps, les élections européennes n’ont pas vraiment réussi électoralement au PCF. Par ailleurs, comment penser après12 ans d’absence dans les combats électoraux principaux de notre pays, pouvoir réaliser un retour gagnant 6 mois seulement après avoir décidé d’une autre orientation dont 5 petits mois de campagne ? Enfin, il nous reste d’importantes questions à travailler.

La réaffirmation de notre existence a besoin d’un travail profond sur des contenus, un projet. Notre identification doit se reconstruire non pas seulement en opposition mais sur des propositions de solutions porteuses d’avenir, permettant à notre peuple d’avoir une claire perception de ce que nous voulons faire et de la voie que nous souhaitons emprunter pour cela. Nous remettre en scène suppose des choix allant au-delà de postures afin d’engager un très profond renouvellement de nos pratiques comme du message politique que nous voulons envoyer pour les gens et la planète. Notre vision de la question européenne gagnerait à être beaucoup plus clairement exprimée. A la nécessaire critique de l’Europe libérale doivent être beaucoup mieux articulées les raisons qui nous poussent à vouloir la transformer et comment. N’avons-nous pas également besoin de mieux expliciter face à nos concitoyens et à nos partenaires de gauche ce que sont notre conception et notre démarche de construction du rassemblement pour reconstruire une gauche de combat et de conquêtes sociales et électorales dans une France où cette dernière, toutes composantes additionnées, atteint tout juste les 32%. Voilà en quoi le résultat de ces élections européennes nous permet d’espérer en une perspective future mettant fin à la politique néfaste de Macron et empêchant les choix racistes, xénophobes et de repli nationaliste, de plonger notre pays dans une situation des plus périlleuses.

Jean-Marc Durand
Secrétaire départemental PCF Drôme