Après 13 mois de détention, Salah Hamouri est enfin libéré !

jeudi 4 octobre 2018
par  PCF Drôme

C’est d’abord de la joie. Salah Hamouri est sorti de prison. De la joie pour sa famille, ses proches, ses ami.e.s, ses camarades. De la joie que je partage avec les communistes, les participant.e.s de la Fête de l’Humanité, les militant.e.s du mouvement de la Jeunesse Communiste, des centaines de milliers de jeunes et moins jeunes qui se sont mobilisés dans tout le pays pour sa libération.
Après plus de 400 jours de détention administrative, sans jugement ni motif, si ce n’est l’illégitime arbitraire de Netanyahou et de son ministre de la Défense, Liebermann, notre compatriote Salah Hamouri a enfin été libéré. Avocat franco-palestinien, il fait, comme beaucoup d’autres, l’objet d’un harcèlement des autorités israéliennes qui entendent briser les voix qui dénoncent la colonisation, les arrestations et les massacres.

Mais c’est aussi de la vigilance. Salah Hamouri, par son engagement, est un militant de la paix qui doit désormais pouvoir rentrer chez lui à Jérusalem, retrouver sa complète liberté de circulation et de déplacement, y compris à l’étranger. Aucune entrave ne doit lui être imposée pour pouvoir vivre avec sa famille, sa femme et son fils.
Encouragées par la politique de Trump qui a transféré l’ambassade américaine à Jérusalem, supprimé les aides financières l’UNRAW (1) et aux Palestiniens, la droite et l’extrême droite israéliennes multiplient les lois discriminatoires, amplifiant par la loi « d’apartheid », le caractère religieux, identitaire et raciste du régime.
Des voix s’élèvent plus nombreuses, pour dénoncer ceux qui tentent de nier l’existence du peuple palestinien et son droit à disposer d’un Etat.
Après la libération de Salah Hamouri, nous appelons à la libération de tous les prisonniers politiques dont Marwan Barghouti. C’est un encouragement à amplifier la solidarité avec le peuple palestinien en construisant un front large, sans exclusive, avec toutes les forces démocratiques qui rejettent l’expansionnisme colonial et l’ultranationalisme.

Aucune paix ne sera possible dans la région sans le règlement de la question palestinienne.

Pierre LAURENT
Secrétaire national du PCF