Migrants...

mercredi 22 août 2018
par  PCF Drôme

Migrants...
« Attention des hordes de migrants envahissent nos villes et villages. Ils volent et violent nos femmes. Fermez portes et volets, et regardez BFMtv. Vous pourrez assister à cette misère en direct, sans risquer votre peau. Et puis, Ils sont contagieux ! » La misère l’est-elle ?
Quelle panique ! Ce mot qui, pour certains d’entre nous, renvoie à une résonance de frayeur. On en sursaute à sa simple évocation !
A une autre époque, les communistes, couteaux entre les dents et mangeurs d’enfants, les juifs, nez crochus assis sur leurs cassettes étaient déjà les boucs émissaires de cette société. Depuis la nuit des temps, le pauvre diable de bouc était chargé de toutes nos fautes, nos malédictions, chassé dans le désert ! Nous, fuyant nos responsabilités !
A la liste des cocos, des Juifs, des réfractaires de toutes sortes de l’état fasciste et pétainiste, on peut rajouter aujourd’hui les migrants. Même scénario. Horreur ! Le même combat devrait se mettre en branle, mais notre Histoire s’est fourvoyée dans les méandres des télés-réalités !
Accueillir des migrants chez soi, ou les aider ?... Délinquance !
Quel outrage à la bien-pensance d’une partie de la population.
Des indigents, noirs et basanés de surcroît, qui voudraient s’accaparer nos hypothétiques rêves, nos espoirs étouffés, nos chaînes d’acier et de pacotille.
Ils voudraient s’empiffrer de nos denrées, de nos légumineuses que nous leur avons obligé à cultiver sur leur sol, au détriment de leur culture vivrière. Ah, les fameux haricots verts du Kenya...en Boeing climatisés.
Ces pauvres qui viennent voler nos bijoux, nos smartphones fabriqués avec les richesses de leur sous-sol où nous enfouissons nos chères poubelles.
Va-t-on faire comme en 1940 et regarder les trains remplis d’humains déjà décharnés ?
40 000 cadavres de migrants pourrissent au fond de la Méditerranée. 40 000 corps d’hommes, de femmes, d’enfants, d’humains croupissent sans sépulture. Les nouveaux camps maritimes du XXI° siècle !
Les trains et les bateaux des destinés filent souvent vers le Nord. Encore une fois : “ Nous ne savions pas ? “.
Difficile d’aller serrer la main de l’étranger, de le regarder dans les yeux, et de lui dire : « Tu es un problème ». Difficile d’aller voir l’étranger dans son squat, de le regarder dans les yeux et de lui dire : “Je ne peux rien pour toi !”. Alors, tu regardes ailleurs ! Ailleurs, le temps est un peu moins gris aujourd’hui !
Et pendant ce temps-là, d’autres migrations s’organisent tranquillos : le fric, toujours ce putain de fric, lui, ne traverse pas les vagues méditerranéennes, lui ne coule pas, sinon en lingots. Lui, passe par des canaux très sophistiqués, sans risques, direction paradis fiscaux !
Pendant que ces migrants de luxe traficotent en nous faisant les poches. Ils creusent, labourent les sous-sols des pays affamés avec des bombes que nous nous payons grâce à leur pétrole.
Nous, en égoïstes, nous chipotons pour un quignon de pain. Au lieu de faire cracher nos riches qui s’empiffrent de ce qui nous manque tant.
Cela les gêne-t-il ? Ils vivent de cette misère. Alors, leur morale judéo-chrétienne ne les étouffe pas. Ils ont vendu leur âme au diable. Leur seul objectif : le fric !
Quand dans un pays pour quelques raisons que ce soit, on est obligé de se cacher d’avoir peur, de stresser, afin d’aider quelqu’un, (un Humain), qui est dans la souffrance, qui a besoin d’aide, qui a faim, qui a froid, qui est sans logement, cette nation est-elle encore considérée comme démocratique ? Après, on peut se gargariser de nos valeurs humanistes, démocratiques, de fraternité !
En laissant œuvrer les nantis qui nous dirigent, comme ils l’entendent, nous nous apprêtons à des lendemains encore plus difficiles.
Plus jamais ça ? Tout problème a une solution. Certains avaient trouvé la pire.
Ah oui ? Et pourtant la route qui va nous mener au désastre se dessine déjà. Nos faiblesses d’aujourd’hui, nous les paierons demain.
Après, tout s’est enchaîné, tout est allé très vite, tout s’est gâté ! Pourtant certains d’entre nous ont connu l’HORREUR !
Christian ROUX