« Non à la hausse de la CSG, Non à la baisse des pensions »

mercredi 21 mars 2018
par  PCF Drôme

C’est ce que proclamait, le jeudi 15 mars, la banderole placée en tête de cortège, et signée par 7 organisations syndicales.
Le beau temps n’était pas de la partie, certains manifestants « descendus » du Vercors, ont même dû essuyer une averse de neige avant de venir grossir l’assemblée de parapluies multicolores sur le Champ de Mars à Valence.

Au cours de sa prise de parole Danielle Garnier, intervenant au nom de l’intersyndicale, a rappelé que depuis plus d’un an, et face à la baisse de leur pouvoir d’achat bien réelle malgré les dénégations du président Macron, c’était la dixième fois que les retraités manifestaient dans la rue.
Après 52 mois de gel des pensions, une revalorisation de 0,8% est accordée, mais en octobre seulement, quand la hausse de la C.S.G. depuis janvier est de 1,7 point, ce qui représente pour certains plusieurs centaines d’euros en moins sur un an.
Comme les salariés, les retraités prennent de plein fouet les hausses des complémentaires santé, du gaz, du forfait hospitalier, des taxes sur les carburants.
En face, chez les riches, c’est la fête : quasi suppression de l’impôt sur la fortune, exonération sur les lingots d’or et les yachts, baisse de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur les revenus du capital.
Et pour couronner le tout, le gouvernement court-circuite l’adoption au Sénat, de la proposition de loi déposée par le Groupe Communiste, Républicain, Citoyen et Ecologiste portant revalorisation des retraites agricoles avec un minimum garanti de 85% du SMIC agricole pour une carrière complète.
Où sont passées les belles déclarations de Macron au salon de l’Agriculture ?

Avec les retraités manifestaient également des personnels des EHPAD en grève pour obtenir des moyens permettant une prise en charge digne des personnes âgées. D’autres choix sont possibles !
Détruire le Code du Travail, attaquer la protection sociale issue du programme du Conseil National de la Résistance, casser le système de retraite par répartition… C’est le choix de Macron et de son gouvernement, aux ordres de la finance.
Pour leur part, les communistes veulent faire reconnaître le rôle des retraités dans la société française, et considèrent que le développement personnel à tous les âges de la vie constitue le sens même de l’organisation sociale.
Revaloriser les salaires et les pensions, supprimer la TVA sur les produits de première nécessité, supprimer la CSG, revenir au 100% de la Sécurité Sociale, c’est possible !
En augmentant l’impôt sur les revenus du capital, en combattant l’évasion fiscale, en supprimant les exonérations de cotisations sociales et en taxant les revenus financiers, des moyens considérables peuvent être dégagés, et ce ne serait que justice.
La belle mobilisation des retraités de ce jeudi doit se poursuivre.

Nul doute, d’ailleurs, qu’ils seront nombreux à manifester le jeudi 22, pour la défense des services publics !

Dominique LORMIER