RAPPORT SPINETTA : ARRÊTONS LA CASSE !!

jeudi 22 février 2018
par  PCF Drôme

Y a t’il "obligation de concurrence" comme le disent les adversaires d’une grande entreprise publique telle que la SNCF ?
Le règlement européen OSP (obligation de service public) a été réécrit en Décembre 2016. Ce règlement dans sa nouvelle version prévoit que l’appel d’offre (la concurrence) devienne la norme. À cette norme ce règlement prévoit quatre exceptions dont une devrait attirer l’attention de tous ceux qui s’intéressent de près au devenir du ferroviaire voyageurs.
Dans l’article 5 & 4 bis, on peut lire : "Sauf interdiction en vertu du droit National, l’autorité compétente peut décider d’attribuer directement des contrats de service public relatifs à des services public de transport de voyageur par chemin de fer".
a) - Lorsqu’elle considère que l’attribution directe est justifiée par les caractéristiques structurelles et géographiques pertinents du marché et du réseau concerné et notamment leur taille, les caractéristiques de la demande, la complexité du réseau ...
b) - Lorsqu’un tel contrat aurait pour effet d’améliorer la qualité des services ou le rapport coût efficacité ou les deux par rapport au précédent contrat de service public attribué.
La CGT cheminots considère que ces deux conditions sont remplies de par la complexité des territoires desservis et du déséquilibre existant entre les lignes à fort trafic et les petite lignes d’arrière-pays.
La deuxième priorité peut faire consensus au sein de la population. Tout le monde s’inquiète des effets des émissions de CO2, il serait donc normal que l’avenir du transport le moins polluant (après le fluvial) fasse l’objet d’un débat public.
Le rapport SPINETTA, dévoilé la semaine dernière incarne nullement un renouveau, ce sont de vieilles recettes libérales écrites par un homme d’affaire de 74 ans. Demandons aux jeunes qui prennent le train tous les jours pour leurs études, s’ils veulent demain se déplacer en car.
Demandons à nos voisins britanniques s’ils sont satisfaits du service rendu par les compagnies privées : 27% d’augmentation des tarifs et des trains rarement à l’heure. 58% d’entre-eux demandent un retour dans la sphère publique. Examinons les effets de l’ouverture à la concurrence du Fret ferroviaires qui ont fait diminuer de moitié les marchandises transportées sur le rail.
Lors de ses passages médiatiques, Jean Cyril SPINETTA n’hésite pas à mettre en opposition des choix qui "favoriseraient" les grandes agglomérations au détriment des territoires d’arrière pays, ces derniers souffrent déjà beaucoup de la disparition des services publics.
Enfin, parlons du statut des cheminots, "les privilégiés" disent "nos ennemis de classe" qui rabâchent à longueur de temps que le travail au sens large est "un coût".
Quel salarié n’espère pas avoir davantage de garanties collectives afin de pouvoir bâtir un projet de vie un peu plus stable ? Supprimer les embauches au statut comme le prévoit le rapport SPINETTA aura pour effet de précariser l’emploi dans un secteur qui demande du savoir faire et une application stricte des règles de sécurité. Du travail il y en a et les cheminots peuvent vous l’affirmer, mais le choix de Macron est de favoriser ceux qui s’enrichissent toujours plus parce qu’ils sont riches aux détriment de ceux qui voudraient gagner leur vie par le travail.
Il nous faut réagir et les cheminots iront manifester pour toutes ces raisons le 22 Mars prochain à Paris.
Franck COMBES
Cheminot syndicaliste CGT