Les Maires de France se font entendre au congrès de l’AMF : trop, c’est trop !

jeudi 30 novembre 2017
par  PCF Drôme

Déjà à Nyons le 19 octobre dernier, les Elus présents au Congrès des Maires de la Drôme avaient exprimé au Préfet leurs inquiétudes face aux mesures annoncées par le gouvernement, leur mécontentement face à la brutalité employée pour l’annonce du programme gouvernemental : suppression des contrats aidés, baisse des crédits d’investissements pour les territoires ruraux, disparition programmée de la taxe d’habitation, plan d’économies de 13 milliards d’euros sur cinq ans sur le budget des collectivités … Ce dispositif portera un coup dur aux finances des collectivités locales, à leur autonomie financière.
Certes la taxe d’habitation est injuste, mais sa disparition décidée et imposée va priver les collectivités de ressources indispensables qui permettent de financer les services publics locaux, les dépenses sociales, les activités culturelles, l’entretien de la voirie…. Il est promis une compensation totale, ce dont les élus doutent au regard des transferts précédents jamais totalement compensés par l’Etat.
Les élus montent au créneau dont le Président de l’ANECR, Patrice BESSAC qui rappelle que "les collectivités locales, sont à l’origine de seulement 9% du déficit public. Or, la baisse du déficit de l’État est, pour 85 %, le fruit des efforts que les collectivités locales ont fourni.
Nous n’avons pas seulement participé au redressement des comptes publics. Nous en avons été les principaux acteurs. Je demande que l’on reconstruise l’autonomie fiscale des communes. Emmanuel MACRON, pendant sa campagne, avait déjà annoncé 10 milliards d’euros d’économies pour les collectivités locales, et on en est finalement à 13 milliards d’euros. Trop, c’est trop..."
L’Etat met les communes sous perfusion financière et anéantit leur libre administration. Mais ce n’est pas tout. Le gouvernement compte les placer sous tutelle, notamment en conditionnant les subventions de l’Etat à des politiques choisies par le pouvoir central, via une contractualisation qui ne profitera qu’à l’Etat. Il s’agit d’un retour en arrière sans précédent sur les lois de décentralisation.
En fait ces modifications n’ont elles pas pour objet de pousser les collectivités à se regrouper pour mettre le reste de leurs ressources en commun et préparer la diminution du nombre de communes par la pression financière ?
Les maires en ont ras le bol de l’austérité, de la technocratie pour se débarrasser d’eux. Certains s’engagent dans la résistance et font preuve de génie créatif pour offrir un contre-modèle à l’ultralibéralisme. Les maires innovent et expérimentent des projets alternatifs.
Non à l’austérité, non aux restrictions budgétaires, résistons au libéralisme !
C’est le sens de l’appel lancé par les maires communistes et républicains au Congrès de l’AMF.
Christian THIRIOT
Maire de Beauvoisin


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

10 septembre 2015 - Hongrie et migrants

Migrants : Le haut de la hiérarchie catholique a dédaigné l’appel à la compassion du pape, (...)

6 septembre 2015 - LE FN cible les migrants

Après les juifs, les arabes maintenant les migrants....
Décidément le Front National n’a pas (...)

4 septembre 2015 - Franck FAYARD nous interpelle.

La veste des politiques clientélistes !
Les « auras économiques » (européens), les Walts Disneys (...)

2 septembre 2015 - GRANDE-BRETAGNE et contrats zéro heure

Le nombre de Britanniques déclarant être employés dans le cadre d’un contrat sans garantie horaire (...)

29 août 2015 - Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement

Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement dépendra de la crise à EELV
Le remaniement, rendu (...)