Prendre le temps d’être à la hauteur de l’urgence politique

mercredi 22 novembre 2017
par  PCF Drôme

C’est lors des journées comme celle-ci que l’on peut sentir ce qui porte les tensions de notre époque.
Nous étions huit - Jean-Marc, Nicole, Pierre, Christine, Marcel, Viviane, Jacky et moi-même, l’autre Pierre ayant été retenu bien indépendamment de sa volonté - à nous embarquer samedi 18 novembre au matin pour l’assemblée nationale des animateurs de section du Parti Communiste Français à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris.
Un lieu bien choisi puisque le soutien au développement des sciences et techniques comme vecteur non seulement de progrès mais aussi d’ancrage de la décision démocratique dans le meilleur de la raison humaine, reste bien l’un des marqueurs essentiels de la politique des communistes.
Un lieu bien choisi encore lorsqu’un nouveau système de tablettes numériques a permis qu’une heure et demie de travail en 90 « ruches » de 10 communistes chacune, soit synthétisée et traduite en un battement de cils (ou presque) en un texte amendé pour la discussion de l’après-midi.
Une première historique, comme l’a souligné Gilles Ravache, dirigeant national, avant qu’Aurélie Biancarelli-Lopes ne présente à son tour la plateforme en ligne qui permettra d’animer la préparation du congrès extraordinaire de 2018.
Car l’enjeu de la journée était là : valider la feuille de route de préparation du congrès extraordinaire du PCF par lequel les communistes entendent digérer les évènements récents et ouvrir une période politique nouvelle.
Et cela, en revisitant la formulation du projet communiste, sa démarche d’action et de rassemblement, les transformations à opérer, dans ce qui reste l’une des plus grandes forces militantes de notre pays, pour qu’elle soit la plus utile possible au peuple de France.
Juin ou novembre ? La question de la date de ce congrès cristallisa l’essentiel des débats de cette journée, les uns défendant que l’enjeu principal était le retour sur la phase électorale et les choix politiques récents, appelant à ce titre à « battre le fer tant qu’il est chaud » et tenir le congrès dès juin pour être prêts à entrer très vite dans l’arène des européennes, les autres soutenant que le retour en arrière doit être large et profond, un travail d’analyse et de transformation collective d’ampleur qui nécessite de prendre un véritable temps d’échanges avant d’entrer dans la phase statutaire des débats, quitte à préparer les européennes en parallèle.

72% des délégués ont finalement validé la feuille de route proposée, et ce sera pour novembre 2018.

Un an pour refonder le communisme français à la hauteur des besoins d’une époque si profondément bousculée, d’une époque qui a plus que toute autre besoin de partage, de raison et de fraternité. Qui a plus que toute autre besoin de communisme.

Sébastien ELKA


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

10 septembre 2015 - Hongrie et migrants

Migrants : Le haut de la hiérarchie catholique a dédaigné l’appel à la compassion du pape, (...)

6 septembre 2015 - LE FN cible les migrants

Après les juifs, les arabes maintenant les migrants....
Décidément le Front National n’a pas (...)

4 septembre 2015 - Franck FAYARD nous interpelle.

La veste des politiques clientélistes !
Les « auras économiques » (européens), les Walts Disneys (...)

2 septembre 2015 - GRANDE-BRETAGNE et contrats zéro heure

Le nombre de Britanniques déclarant être employés dans le cadre d’un contrat sans garantie horaire (...)

29 août 2015 - Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement

Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement dépendra de la crise à EELV
Le remaniement, rendu (...)