Le désamour ne suffit pas, il faudra de l’audace dans les consciences !

mercredi 15 novembre 2017
par  PCF Drôme

Jeudi 16 novembre, les salariés du public et du privé sont appelés à une 4ème journée de grève et de manifestations avec cette fois un plus grand nombre d’organisations syndicales appelées à riposter contre les ordonnances de Macron et plus globalement contre la politique du gouvernement. Comme l’a rappelé Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, dans un entretien à l’Humanité « Chaque fois qu’il y a unité, cela donne de la confiance aux salariés. Il y a besoin de ces temps forts où l’on se retrouve tous ensemble ».
Force est de constater que le mécontentement gagne chaque jour du terrain mais que la question reste encore entière pour que chacun ne se batte pas seul dans son coin. Il est donc absolument nécessaire de fédérer l’ensemble des mécontentements. Sur les ordonnances, le mouvement social entend ne rien lâcher, qu’elles soient votées ou non par le Parlement.
La bataille continue que ce soit sur les salaires, les retraites, les services publics, l’indemnisation du chômage ou encore la formation professionnelle. Chacun a des raisons de mener cette bataille à partir de ses propres préoccupations et de comprendre que celles-ci sont intimement liées à des enjeux de classe.
La bataille doit donc s’amplifier. La volonté du gouvernement est d’aller très vite. Les gouvernements précédents lui ont ouvert une voie jupitérienne pour détruire ce qui constitue notre socle de solidarité. C’est aussi le résultat d’un travail idéologique de sape mené par les dirigeants politiques dont les socialistes via François Hollande et Manuel Valls.
La grande braderie est en cours. Tout ce qui peut être vendu le sera. Macron sert le capital et la Finance. Désigner comme le Président des riches, il n’est pas populaire. Mais le désamour ne suffit pas. Les communistes sont aux côtés de ceux qui se battent pour un autre projet de société. Les Etats Généraux du progrès social qu’ils organisent au mois de février, leur congrès extraordinaire qui se déroulera en 2018, contribueront à ouvrir des nouveaux chantiers pour la transformation sociale.
Ces chantiers ne trouveront leur pertinence et leur efficacité que dans une politisation et un dialogue populaire à grande échelle avec tous les militants de la gauche sociale, syndicale, associative...
En dépit des dénégations du clivage droite/gauche, le gouvernement n’a pas oublié d’entretenir les antagonismes de classe, comme en témoignent ces coupes budgétaires assorties de baisse de la fiscalité sur le capital pour les « rentiers » qui se portent de mieux en mieux.

Pour passer du désamour à l’audace, il est urgent de politiser les luttes et les consciences pour permettre de nouvelles constructions politiques et répondre aux besoins de celles et ceux qui produisent les richesses. Nous sommes les 99 %. Face à nous, les 1 %.
Pierre TRAPIER


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

10 septembre 2015 - Hongrie et migrants

Migrants : Le haut de la hiérarchie catholique a dédaigné l’appel à la compassion du pape, (...)

6 septembre 2015 - LE FN cible les migrants

Après les juifs, les arabes maintenant les migrants....
Décidément le Front National n’a pas (...)

4 septembre 2015 - Franck FAYARD nous interpelle.

La veste des politiques clientélistes !
Les « auras économiques » (européens), les Walts Disneys (...)

2 septembre 2015 - GRANDE-BRETAGNE et contrats zéro heure

Le nombre de Britanniques déclarant être employés dans le cadre d’un contrat sans garantie horaire (...)

29 août 2015 - Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement

Pour Bartolone (PS) : l’ampleur du remaniement dépendra de la crise à EELV
Le remaniement, rendu (...)