Ce 18 Mars à Paris, on marche et on milite pour une VIème République !

jeudi 16 mars 2017
par  PCF Drôme

D’ici le 17 Mars, plusieurs centaines d’élus communistes et républicains, aux côtés d’autres élus de gauche, auront permis la candidature de Jean-Luc Mélenchon, comme ce fut déjà le cas en 2012.

Ce geste démocratique permettra le 23 avril, lors du premier tour de l’élection présidentielle, à des millions d’électrices et d’électeurs de se faire entendre avec force et clarté pour une politique d’égalité et de justice sociale, qui ait le courage de s’attaquer à la finance et qui ouvre la voie à une VIème République démocratique.
Au cours des semaines qui viennent, nous ferons tout pour donner à la campagne en faveur de Jean-Luc Mélenchon la plus grande capacité de rassemblement possible.
Alors que la Vème République agonise dans le chaos social et politique, il est temps d’en finir avec ces institutions en voie de décomposition.
L’élection présidentielle comme les élections législatives sont l’occasion d’imposer le débat sur de nouvelles institutions.
Celles-ci devraient permettre que se manifeste en toute occasion, la souveraineté populaire confrontée aux menées hégémoniques du capital. Deviendrait alors possible d’engager la République vers un contenu de progrès social et environnemental sans lequel elle reste vide d’une réelle substance démocratique.

Sur ce terrain social, doublé de l’ambition écologique, se joue, dans toute sa profondeur, l’avenir de notre société. Cet enjeu, à lui seul, mérite tout notre engagement pour bousculer les rapports de forces, avec le bulletin J.L Mélenchon et celui des candidats du Front de gauche pour l’élection des députés.
Cela doit être le sens de la marche de ce samedi 18 mars à Paris, initiée par le candidat que les communistes ont choisi de soutenir à l’élection présidentielle.

Depuis des mois, les communistes mènent campagne au service d’un objectif : construire des alternatives capables de faire reculer l’offensive libérale et ses représentants politiques.
Nous appelons à amplifier la construction de ces campagnes de large rassemblement et mettre un terme aux divisions qui risquent d’empêcher l’élection de nombreux députés utiles à notre peuple et à l’avancée d’une nouvelle République sociale, démocratique, écologique.
Pierre TRAPIER