Un nouveau pacte républicain pour la France

jeudi 2 février 2017
par  Communication Pcf 26

Samedi 28 janvier, le parti communiste lançait officiellement sa campagne des élections législatives par une réunion de ses candidats-es parmi lesquels on dénombrait 6 drômois sur les 8 possibles (4 circonscriptions).

Après une matinée consacrée à une formation sur les enjeux et les conditions politiques de cette campagne, les candidats-es devaient se retrouver à la Rotonde, place Stalingrad, pour une présentation publique.

A cette occasion, Pierre Laurent devait prendre la parole pour une intervention définissant les contours du nouveau pacte républicain proposé par les communistes autour d’engagements forts pour une nouvelle république faite d’un renouveau de la citoyenneté et de la démocratie du local au national, de l’entreprise au bureau et aux services publics.

Une nouvelle ère de la démocratie

L’accent était mis sur la nécessité d’un retour au premier plan du rôle de la représentation nationale.
C’est elle et elle seule qui doit être à l’initiative pour proposer des lois et ainsi faire le lien entre les aspirations populaires et leur traduction dans la loi et la vie des institutions. Des institutions à transformer en profondeur afin que chaque salarié, chaque citoyen y trouve pleinement sa place et puisse y jouer un rôle décisionnel.

C’est nécessaire pour sortir d’un présidentialisme qui bien qu’à bout de souffle, étouffe la vie démocratique et s’apparente plus à un fonctionnement monarchique qu’à des pratiques républicaines.

On le voit encore avec ce qui se passe dans la préparation de la présidentielle. Le présidentialisme joue à fond même si les pronostics initiaux sont déjoués les uns après les autres. Hollande disqualifié, Fillon mal embarqué, Valls sorti, Hamon validé.

Un nouveau mode de rassemblement à gauche.

Aujourd’hui, les cartes sont rebattues avec cette situation nouvelle. Des possibilités existent pour déjouer à la fois le piège présidentialiste et celui d’un pronostic Droite/FN au second tour.

En tant que parti communiste, nous avons des responsabilités nouvelles dans la période.
Nous devons savoir nous saisir de l’espace nouveau ainsi créé pour pousser un débat de contenu avec des propositions précises et faire progresser ainsi la discussion pour un large rassemblement à gauche que nous appelons de nos vœux depuis des mois. Une discussion à laquelle en tant que parti qui contribue à tenir la gauche debout, nous avons toute notre place et où nous retrouverions autour d’une même table : Hamon, Jadot et Mélenchon.

L’enjeu est de taille. Il est à la fois de battre la droite et l’extrême droite, d’éviter de nouvelles déceptions ou désillusions parmi notre peuple et de déjouer le piège de la recomposition politique qui se travaille actuellement autour de Macron, entre autres.

Jean-Marc DURAND
Secrétaire départemental


Navigation

Articles de la rubrique