LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL TAILLE DANS LES DÉPENSES UTILES… CELLES POUR LA JEUNESSE !

jeudi 18 février 2016
par  PCF Drôme

Les coupes budgétaires présentées par Patrick Labaune et votées par l’ensemble des conseillers départementaux UDI-LR de la Drôme illustrent un choix politique qui ne souffre d’aucune ambiguïté : organiser la disparition des engagements solidaires du Département envers sa jeunesse.
Il en est ainsi pour la moitié des éducateurs de rue qui passe à la trappe. La baisse inacceptable des dotations de l’État ne peut à elle seule, justifier une telle décision.
Les ressources affectées à la Prévention spécialisée ne représentent que 0,14 %du budget du Département !

Faut il à nouveau souligner que la prévention n’est pas un coût, mais un investissement humain qui évite bien souvent une désocialisation des jeunes et des « risques de marginalisation » toujours difficiles à traiter.
Il n’est pas non plus inutile de rappeler que la prévention est une compétence du Département qui s’inscrit dans le champ de la protection de l’enfance. Les éducateurs dont les études sont sanctionnées par un Diplôme d’État ont une déontologie fondée sur le secret professionnel et sont reconnus comme étant bien souvent les seuls à pouvoir contractualiser avec les jeunes en difficultés, un accompagnement construit dans la confiance.
Le métier d’éducateur ne s’improvise pas !

Mais de tout cela les élus UDI-LR n’en ont que faire, ils sont obsédés par les punitions !
On aura même entendu lors de la séance consacrée au budget, le conseiller départemental chargé des sports, justifier la suppression de 70 « Emplois d’avenir » et soutenir que ces contrats, qui ne sont pourtant pas la panacée, ne pouvaient être attribués qu’à des jeunes qui « ont des compétences » et qui travaillent bien à l’école …
Pour les autres, déjà dans la galère, ils ne pourront même plus s’adresser aux Missions locales, elles sont aussi privées de ressources, par le même Conseil départemental !

La remise en cause des engagements solidaires du Département en direction des jeunes se retrouve aussi dans la réduction des subventions allouées aux classes de découverte. Les valeurs pédagogiques des séjours scolaires et des classes de découverte sont pour les jeunes Drômois un outil éducatif particulièrement apprécié.
Il contribue à fédérer localement les familles, associations et municipalités, autour de projets portés par les écoles. En fermant les robinets, non seulement le Conseil Départemental s’en prend à l’épanouissement des élèves, mais aussi au devenir des Centres d’accueil des classes transplantées qui voient ainsi leur gestion se tendre et leur existence même, être remise en cause . On imagine facilement, dans un avenir proche, qu’il y aura d’une part moins de départs et d’autre part de grandes disparités, permettant aux plus aisés des écoles les mieux loties, de partir plus facilement .

En remettant en cause l’ensemble de ces dispositifs en faveur des jeunes et de leurs familles, c’est bien un choix politique qui a été décidé ce lundi 15 Février par le Conseil Départemental. Un choix qui s’inscrit dans le démantèlement des services publics de proximité et qui permet à Patrick Labaune de dire dans un long soupir : « Mais bon sang, que font les parents ! ».
Une bien triste journée !