Intervention de Jean-Marc DURAND lors du vote du budget de la ville de Romans

mardi 2 février 2016
par  PCF Drôme

1) La présentation du budget 2016 interroge. Derrière les millions d’euros, on a peine à voir ce que vont être concrètement les réalisations 2016 et ce que vont concrètement représenter pour la vie des Romanais les investissements de la ville. Il faut dire que deux ans après l’installation de la nouvelle majorité, on a encore du mal à percevoir le début d’une réalisation concrète. On nous annonçait un grand plan goudron, pour l’heure ce ne sont que quelques tronçons qui ont été réalisés. On nous dit que les montants consacrés à l’investissement sont supérieurs à ceux de la majorité précédente. Il est annoncé 7 millions d’euros pour 2016. On veut les voir.

2) C’est avec regret que nous constatons la baisse des effectifs d’agents territoriaux sur notre commune de l’ordre de 70 ETP. Certes, certains effectifs sont transférés à l’agglomération du fait du transfert de compétences et de services mais de nombreux emplois ont visiblement tout simplement disparu.

Dans une ville en grande difficulté sociale, cela n’est pas vraiment un bon signal, tout comme la confirmation de réduire les dépenses sociales (éducation populaire, vie syndicale) avec une baisse des subventions en moyenne de 3%.

S’il est vrai qu’à Romans comme ailleurs, la ville est confrontée à une baisse des dotations d’Etat, soit 2 millions d’euros en 3 ans, ce qui n’est pas une paille, s’il est vrai aussi que sauf à massacrer les contribuables, il faut bien trouver l’argent quelque part, le plus désolant est qu’aucune bataille politique, aucune dénonciation officielle de cette situation n’est faite par la majorité actuelle. On ne trouve aucunement une volonté d’interpeller et d’associer la population à des actions concrètes sur cette question. Il est vrai que dans les faits pour votre majorité cela semble difficile tant vos intentions vont en ce domaine encore bien plus loin que ce que ne fait l’actuel gouvernement.

Au plan communal comme aux autres niveaux de l’action publique, il faut en finir avec la diabolisation de la dépense publique. Sa relance en grand, est même plus que jamais nécessaire pour la satisfaction des besoins sociaux. Et cela passe par la relance des services publics. Ce qui suppose des actes forts pour une réorientation durable de l’utilisation de l’argent public avec une vraie évaluation de l’efficacité de son emploi. Mais cela vaut aussi pour la politique du crédit et les modes de gestion des banques sur lesquels en tant que collectivité nous devons avoir un véritable souci d’intervention. L’argent des contribuables (impôts) et des citoyens (dépôts bancaires) doit absolument être réorienté vers le soutien de projets porteurs d’emplois, de formation et d’actions de préservation de notre environnement. Et cette bataille, elle peut et doit être menée ici et maintenant.

3) Par ailleurs nous sommes inquiets quant au devenir du centre commercial Fanal dont la fermeture des magasins serait programmée pour fin mars, encore un coup dur pour le bas de la ville. Quid du devenir de la médiathèque, un certain nombre de bruits courent à ce propos, qu’en est-il vraiment ?

4) Quid aussi du devenir d’HPR ? Fusion ou non avec l’office de Valence ? Pour quelle réponse aux usagers ensuite ? Quelle évolution pour cet organisme dont on sait les difficultés budgétaires. Autant de questions à propos desquelles les Romanais voudraient avoir des informations précises.

5) Par ailleurs quelques questions techniques :

  • Que représentent les 1 460 000 € de placements financiers ? Une collectivité ne peut pratiquer de tels placements ?
  • A quoi correspondent les 2000 000 € de reprises sur amortissements et provisions ?
  • 734 610 euros de versement à la section investissements (autofinancement) : cela peut paraître bien mais à quel prix pour le fonctionnement des services !
  • 800 000 euros de baisse des dépenses de personnels, c’est énorme cela représente 4% de la masse salariale. Ce qui donne que plus de portée à mon propos précédent à ce sujet.
  • Une remarque : vous dites vouloir recentrer les actions de la ville sur ses missions régaliennes. La seule mission régalienne d’une commune est la tenue de l’Etat Civil. Dans ces conditions, il y a effectivement de quoi voir venir…. en termes de marges de manœuvres budgétaires….
  • Enfin vous dites que vous ne voulez plus accepter les transferts de charges de l’Etat sur les collectivités territoriales. Or, vous allez en peu de temps tripler les effectifs de policiers municipaux et augmenter de façon coquette leurs moyens de fonctionnement. Si cela n’est pas un transfert de charges déguisé, ça y ressemble quand même, outre le caractère sécuritaire que ce choix renvoie.

Jean-Marc DURAND, conseiller municipal PCF