Valence/Romans Agglo : Fusion idéologique gauche droite ?

vendredi 4 septembre 2015
par  PCF Drôme

Valence/Romans Agglo : Fusion idéologique gauche droite ?

C’est le DL du samedi 29 août qui l’annonce, Nicolas Daragon (Républicain ex UMP), Président de l’agglomération confie une mission à Christine Priotto, socialiste. Rattachée à la direction des services, cette dernière devra coordonner au nom de M.Daragon, les maires des 51 communes de l’agglo.
Dans un monde antérieur, Mme Priotto était Vice-Présidente PS du Conseil général de la Drôme.
Elle indique : " Je reste socialiste, mais je continue à prendre du recul sur mes engagements ".
On peut donc, d’un point de vue purement mécanique, penser que le recul engagé se poursuivant, il ne saurait tarder à y avoir basculement. On a vu ces derniers jours ce phénomène se produire du côté des présidents de groupes parlementaires EELV. La formule mérite d’être mémorisée.
Dans son livre "Qui est Charlie", Emmanuel Todd définit cette capacité à ne plus différentier les politiques "de droite" et "de gauche", caractérisée par Jean Pierre Jouyet, de "fusion idéologique". Les valeurs ont disparu, les principes n’ont plus de sens.
Ces hermaphrodites de la politique, Macron, Jouyet, Priotto etc...font leur les croyances inculquées par des cercles pensants du libéralisme et du PS et inversement.
C’est ce qui explique la complaisance du PS envers les banques, le système financier et le Medef… qui explique aussi sa soumission aux institutions européennes (1), la BCE, sa monnaie unique ..., sa frénésie d’austérité et sa traque des déficits publics, c’est à dire des services à la population.
Dans ce détraquage du système politique français quelques uns, au sommet, ont une vision claire : la démocratie c’est dépassé, il faut instaurer l’oligarchie. C’est le contexte dans lequel les communes ont perdu l’essentiel de leurs compétences en se retrouvant regroupées, à 51 dans l’agglo Valence/Romans par exemple.
Pour que n’en résultent pas des réactions brutales, il faut anesthésier les maires en premier puisqu’ils existent encore. On peut penser que c’est le rôle assigné à Mme Priotto .
Jean Pierre BASSET

(1) ou Juncker, qui 1er ministre du Luxembourg, y a organisé la plus gigantesque fraude fiscale légale, est devenu président de la "Commission Européenne". C’est comme si, en 1933, Al Capone avait été élu président des USA par le Congrès à la place de Roosevelt !