A propos de la création de la Sécurité Sociale, une nouvelle sorte de négationnisme

jeudi 20 août 2015
par  PCF Drôme

Michel ETIEVENT, auteur de « Ambroise Croizat ou l’Invention sociale » sera présent à la Fête des Allobroges

Ce sera aussi l’occasion pour l’écrivain, historien et journaliste, auteur d’un ouvrage consacré à Ambroise Croizat et à la création de la Sécurité Sociale de rappeler quelques faits historiques à un moment où ces dernières semaines, une escroquerie inacceptable voit le jour… En effet, se dessine une tentative à la fois lamentable et honteuse d’occulter le nom d’Ambroise Croizat de la création de la Sécurité Sociale.

Michel Etievent, lui-même, prévient que si jamais le 70ème anniversaire de la Sécu est fêté officiellement (ce n’est pas gagné…), il y a toutes les chances que les médias en attribuent la paternité à Pierre Laroque. C’est une sorte d’escroquerie.

L’auteur de « Ambroise Croizat ou l’Invention sociale » nous déclare à ce sujet « ce qui est curieux, c’est que, lorsqu’on évoque une loi, on lui donne généralement le nom du ministre qui l’a promulguée et non du fonctionnaire qui a participé à sa mise en place. Ainsi, on dit, par exemple, la loi Macron, la loi Juppé ou la loi Veil. Mais là, non, on vous dira, la loi Laroque alors qu’il n’était que le fonctionnaire d’Ambroise Croizat. On ne va évidemment pas donner à une institution enviée dans le monde entier, une institution que socialistes, patrons et droite s’évertuent à casser, le nom d’un ministre communiste ! »
Et pourtant, précise Michel Etievent, c’est bien Ambroise Croizat qui a créé la Sécu.

Il ajoute : « D’autres y verront une création du général De Gaulle. Mais voilà, il avait déjà démissionné lorsque Croizat, après avoir conçu les lois de création de la Sécu, a mis en place 138 caisses avec la CGT et le peuple de France (malgré l’opposition violente de la droite, des médecins, des patrons, des notables mutualistes et de la CFTC !). De plus, Charles De Gaulle sera le premier à la casser en octobre 1967 par le biais des ordonnances Jeanneney qui suppriment les élections démocratiques des caisses, divisent la Sécu en trois branches et établissent le paritarisme qui donne la gestion aux patrons ».
Notre camarade refuse le nouveau négationnisme : « Je le répète, Pierre Laroque n’est que le commis d’écriture, le fonctionnaire qui mit en forme l’ordonnance portant création de la Sécurité Sociale.
Cette ordonnance est une émanation directe du Conseil National de la Résistance, et de la réflexion collective menée sous la maîtrise d’œuvre d’Ambroise Croizat dès sa nomination comme Président de la commission du Travail à l’Assemblée consultative (juin 1943) du Gouvernement provisoire à Alger.

Rappelons enfin utilement qu’il n’y aurait jamais eu de Sécurité Sociale s’il n’y avait pas eu un rapport des forces permettant de l’imposer : 29 % des voix du PCF, 5 millions d’adhérents à la CGT, une classe ouvrière grandie par sa résistance héroïque, et un patronat sali par sa collaboration ».

Michel Etievent conclut : « Le meilleur hommage que nous pouvons rendre à celui que l’on baptisa le Ministre des travailleurs est de nous battre sans cesse pour que la Sécu ne soit pas une coquille vide, livrée au privé, mais qu’elle reste un vrai lieu de solidarités, un rempart à l’exclusion ».

Dominique LORMIER


Navigation

Articles de la rubrique

  • A propos de la création de la Sécurité Sociale, une nouvelle sorte de négationnisme