ATTAQUE DE LA POLICE FRANCAISE CONTRE DES RESPONSABLES D’ORGANISATIONS DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

jeudi 18 juin 2015
par  PCF Drôme

Le 9 Juin 2015 à 1h30 du matin, le RAID a débarqué au domicile de Pierre STAMBUL, co-président de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP). Les forces de police ont utilisé le protocole pour neutralisation de terroriste retranché armé : portes cassées et ,devant les habitants pacifiques réveillés, recherche immédiate de caches d’armes .

Un activiste sioniste ULCAN, de son vrai nom Grégory CHELLI, proche de la LDJ (Ligue de Défense Juive) interdite aux USA et en Israël mais permise en France, a averti la police que Pierre STAMBUL aurait assassiné sa compagne et serait barricadé chez lui armé .
Pierre STAMBUL a été plaqué au sol, menotté et gardé à vue 7h.

Le 10 Juin 2015 la brigade anti -criminalité est intervenue la nuit au domicile de Jean Claude LEFORT, député honoraire et président honoraire de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).

Taoufiq TAHANI ,Président de l’AFPS, vient de communiquer : 

« Mais à quoi joue la police nationale ?

Faut -il y voir les premières dérives annoncées des projets prétendument sécuritaires du gouvernement français ?
L’affaire, en tout cas, est très grave . Et le gouvernement doit s’expliquer.
Ne faut il pas y voir une volonté d’intimidation de ceux qui, depuis le sol français ou non, soutiennent aveuglément la politique du gouvernement d’extrême droite israélien et s’inquiètent du développement sans précédent du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien en France, en Europe et dans le monde ?

Nous ne cèderons pas à ces provocations. Au contraire, elles renforcent notre détermination à défendre le droit.
Nous continuerons de défendre le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, dont les gouvernements israéliens successifs s’acharnent à empêcher la mise en œuvre, par l’occupation, la colonisation, le détournement des ressources, le siège de Gaza, les bombardements, l’entrave au retour des réfugiés, la violation permanente du droit international et des droits humains élémentaires.

Avec nos camarades palestiniens et israéliens engagés pour le droit et pour une paix juste, nous poursuivrons la campagne de Boycott-Désinvestissement-Sanctions contre la politique israélienne tant que cet Etat violera le droit international dans l’impunité permise par la passivité de nos gouvernements.

Oui, la France doit sanctionner la politique israélienne et elle doit reconnaître l’ ’État de Palestine. Dans l’intérêt de tous. Nous défendrons aussi le droit lorsqu’il est malmené en France.

Non, la Solidarité n’est pas un délit, ni une importation du conflit en France. La Solidarité est un devoir. C’est le mépris du droit et les lectures prétendument identitaires de ce conflit colonial, au détriment du socle citoyen au fondement de la République, qui risquent, au contraire, de susciter dans nos sociétés les pires dérives .

Une seule réponse à ces provocations : l’élargissement de la Solidarité avec le peuple Palestinien. »

Un petit rappel : la France est le seul pays avec Israël où l’appel au boycott est interdit.
La circulaire Alliot-Marie qui demande au parquet français de poursuivre devant la justice les militants qui appellent au BDS « Boycott-Désinvestissement-Sanction » des produits d’Israël en particulier ceux des colonies, n’a toujours pas été abrogée par les gouvernements successifs de François Hollande .

Marc FERRAPIE
Militant de la cause Palestinienne