La démocratie participative, du local au global : pour quel développement ?

mercredi 1er août 2007
par  Communication Pcf 26

La Région Rhône Alpes organise, du 10 au 12 décembre 2007, une Rencontre mondiale qui se veut résolument citoyenne et participative, dans sa tenue comme dans sa préparation. Il s’agira à cette occasion de débattre et d’approfondir la problématique de cette Rencontre :

« Quelle place les femmes et les hommes de notre planète prennent-ils dans les décisions qui les concernent et qui façonnent le développement de l’humanité, la marche du monde ? »

La Région souhaite mettre sa double expérience de coopérations internationales et décentralisées, déjà ancienne, et de démocratie participative, plus récente, au service de la construction d’une réponse à cette problématique.

Depuis l’émergence de budgets participatifs à Porto Alegre, les processus participatifs et la décentralisation se développent sur tous les continents. Ils connaissent une accélération, une diversification, de nombreuses expérimentations dans des villes, mais aussi des territoires, des pays. Ils bousculent les systèmes de représentation qui connaissent un certain essoufflement. A tel point que la question commence à se poser d’inscrire un droit nouveau, celui de la participation citoyenne, dans les constitutions et dans les lois.

La participation des citoyens aux décisions qui les concernent, à tous les niveaux, devient un sujet mondial, une dimension essentielle d’un autre développement. La question de son articulation, voire de son intégration aux systèmes politiques, aux institutions à tous les échelons, se pose avec de plus en plus d’acuité.

Il s’agit de donner la possibilité à chaque être humain, hissé au rang de citoyens, de participer à la gestion de la cité, de la communauté des affaires mondiales et à la définition du bien commun, dans un monde où se creusent les inégalités, pas seulement entre pays riches et pays pauvres, mais à l’intérieur de chaque pays.

La démocratie participative est une démocratie de processus, en amont et en aval des décisions prises par les assemblées ou les gouvernements pendant toute la durée des mandats.

Elle implique d’accepter l’idée d’une légitimité citoyenne, comme il existe une légitimité élective et une légitimité de la société civile. C’est le partenariat, la co-élaboration entre ces trois niveaux de légitimité qui peut être le socle d’une nouvelle gouvernance, d’un nouveau système de représentation, fondé sur le suffrage universel et sur la démocratie participative. Cela implique d’impulser et de diversifier les outils, les modalités de participation des citoyens, en combinant la prise d’initiative autonome qu’il faut favoriser et les initiatives d’origine institutionnelles.

La démocratie participative au niveau local ne trouve tout son sens que si elle constitue un effet d’apprentissage pour participer aussi à d’autres échelles, afin de contribuer à la production du bien public et de biens publics, d’un nouveau développement.

Il s’agira donc, tout au long de ces journées, de tenter de :

• rendre compte de la diversification des processus participatifs dans le monde à la charnière du 21ème siècle ;
• S’interroger sur le sens de ce mouvement dans le cours de la mondialisation et sur ses enjeux : inégalités ou solidarités de développement dans chaque État et entre les États, mutations des systèmes politiques par l’intégration de la participation citoyenne, du local au mondial.

Une organisation décentralisée :

- le lundi 10, avec des ateliers thématiques à Grenoble, Valence, Saint-Étienne et Lyon.
- des forums d’échanges mardi 11 matin et des tables rondes l’après-midi, à Lyon.
- mercredi 12 : synthèse, débat et clôture à Lyon.

LES ATELIERS THÉMATIQUES traiteront, en sous ateliers, des sujets suivants :


- Quelles solidarités, quelles coopérations, pour quel développement ?
- Avec quels financements ?
- Comment participer ? Quels processus et quels budgets participatifs ?
- A quelle échelle ? Comment décider du local au mondial ?

LES FORUMS :

permettront l’approfondissement des débats entamés la veille et des échanges d’expérience et d’analyse entre acteurs rhônalpins, français et internationaux.

LES TABLES RONDES, portent sur :

- « La place des femmes dans le développement »
- « Les jeunes et la marche du monde »
- « La démocratie sociale dans les territoires et les entreprises »

Cette deuxième journée se terminera par un concert sur le thème « Les voix du monde ».

SYNTHÈSE / DÉBAT :

L’ensemble des participants se rassemble pour la synthèse des ateliers du lundi et une table ronde/débat de clôture avec des personnalités françaises et mondiales.

Une préparation participative :

- la Région a lancé un appel à contributions pour financer les projets des associations et collectivités rhônalpines souhaitant participer à la Rencontre ;
- le Comité des acteurs locaux, composé des citoyens rhônalpins participant aux dispositifs participatifs mis en place par la Région, se prononce sur le contenu et la préparation de la Rencontre ;
- une plateforme Internet de travail collaboratif permet aux organisateurs de travailler ensemble efficacement ;
- le site Internet de la Rencontre recueille les contributions des participants souhaitant s’exprimer et favorise les échanges via un forum de discussion.

Entrée gratuite

Inscription obligatoire sur
www.democratie2007.rhonealpes.fr