LES DROITS DES SALARIÉS ET LES LOIS AUROUX :

Université d’été (suite)
lundi 29 septembre 2014
par  PCF Drôme

La présence de Jean Auroux, ancien ministre du travail du gouvernement Mauroy, a été apprécié par les jeunes et moins jeunes universitaires. Il a préféré répondre à l’invitation des universités d’été du PCF que de se rendre à la Rochelle.

Après un bref aperçu sur son parcours politique dans le roannais, il a présenté l’instauration des quatre lois qui ont bousculé le code du travail en 1982. Malheureusement, ces lois toujours en vigueur, restent méconnues pour la plupart des salariés. Déjà, lors de leur promulgation, les citations de part et d’autres des partenaires sociaux nourrissaient la situation tendue ; pour la CGT , Henri KRAZUCKI disait : « la citoyenneté est à notre porte, les lois Auroux peuvent redimensionner les salariés » ; pour le CNPF de l’époque « la désorganisation salariale et l’investiture des soviets amèneront la perte des entreprises ».

Auroux a travaillé en coopération avec tous les partenaires sociaux et syndicaux ainsi que les juristes, en partant des 110 propositions de François Mitterrand et du programme commun.

Le grands principes étaient d’inculquer de nouveaux droits individuels et collectifs aux salariés, mais aussi de faire entrer la citoyenneté dans l’entreprise avec un renforcement des rôles et des prérogatives des Comités d’Entreprises. Actuellement, les droits des salariés restent un sujet intéressant. Même, si le monde du travail se modifie en passant d’un patronat patriarcal et industriel, en un patronat spéculatif et apatride, ces lois ont le devoir de se faire entendre dans l’entreprise pour émanciper les salariés.

Ces lois restent dans l’oubli, notamment chez les jeunes qui ne connaissent pas suffisamment le Code du Travail.

Redonner vie au Code du Travail permettrait de pérenniser et promouvoir l’emploi. Plusieurs pistes sont à envisager, redonner une dimension sociale au travail, octroyer un statut aux salariés, pérenniser les services publics, fer de lance de l’emploi utile pour tous les citoyens et développer l’économie sociale et solidaire.

Jean Auroux a conclut que ces droits restent et resteront très importantes pour le milieu salarial ; elles doivent être utilisées pour répondre et satisfaire les revendications syndicales, mais également pour améliorer le sort de la condition humaine au travail.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 décembre - MELENCHON SANS LIMITE

lire le nouvel Obs lire ici et aussi dans le Parisien lire ici
Réaction du PCF après le (...)

22 novembre - LUC FERRY, ancien ministre del’Education et champion du mépris.es

“Si on supprimait les 15% de quartiers pourris en France, avec des établissements dans lesquels (...)

21 novembre - MAROC. Mortes pour quelques sacs de farine

lire ici

14 novembre - Interdits de rencontrer Salah Hamouri

Interdits de rencontrer Salah Hamouri
La liste dressée par le gouvernement israélien sous (...)

12 novembre - Jean-Luc Mélenchon en colère contre les...

Jean-Luc Mélenchon en colère contre les Insoumis corses
La France insoumise a, en Corse, passé (...)