EUROPÉENNES : LE FDG EST LA SEULE FORMATION A GAUCHE A PROGRESSER DANS UN CONTEXTE DE CRISE POLITIQUE

lundi 2 juin 2014
par  Jean Michel BOCHATON

Les sondages annonçaient un raz de marée de l’abstention. Si celle-ci a été forte, l’abstention a reculée de 2% par rapport aux dernières européennes de 2009. Avec 6, 61%, le Front de Gauche est la seule formation à gauche qui progresse derrière le PS à 13,98% et les Verts à 8,95% . Sans doute pénalisé par les dissensions qui se sont fait jour dans les stratégies pour les municipales et par l’horizon bouché suite à la mainmise de la droite et de l’extrême droite qui se sont accaparées 65% des communes françaises, le Front de Gauche progresse malgré tout de 150.000 voix dans un contexte politique ou le manque de perspective à gauche est le fait le plus marquant.
Un sondage IFOP sorti des urnes indique que c’est bien un vote d’adhésion à la démarche du Front de Gauche que ces électeurs ont exprimé puisqu’ils sont 31% de l’électorat FDG qui auraient « votés par rejet » et 57% pour soutenir les propositions et la démarche du FDG. L’IFOP précise que « les personnes s’étant prononcées en faveur des listes du Front de Gauche font preuve d’un attachement supérieur à la moyenne pour la question européenne : ainsi, 59% d’entre elles déclarent que les négociations autour du Traité TAFTA –marché transatlantique- ont joué un rôle déterminant dans leur vote, soit 17% de plus que chez l’ensemble des électeurs ».

Le Front de Gauche voit donc Marie Christine Vergiat réélue pour la circonscription « grand Sud-Est ». Patrick Le Hyaric est réélu pour l’Ile-de-France, Jean-Luc Mélenchon est réélu dans le Sud-ouest. A noter que Younous Omarjee, élu député européen de l’Alliance pour les Outre Mers siègera aussi dans le groupe Front de Gauche.

Pour la circonscription « grand sud-est », le Front de gauche totalise 5,96% (5,90% en 2009) pour les 16 départements concernés. Dans l’Ain FDG : 4,39% (4,20%). Dans les Alpes de Hautes Provence FDG :8,71% (7,32%). Dans les Hautes Alpes FDG : 6,94% (5,81%). Vaucluse FDG : 5,48% (5,81%). Alpes Maritimes FDG : 4,69% (4,85%). Ardèche FDG : 8,03% (7,50%). Bouches-du-Rhône FDG : 8,40% (8,72%). Corse du Sud FDG : 5, 43% (10 ,22%). Haute-Corse FDG : 6,46% (8,85%). Drome FDG : 5,95% ( 5,79%). Isère FDG : 6,43% (6,26%). Loire FDG : 6,27% (5,83%). Rhône FDG : 5,18% (4,76%). Savoie FDG : 5,62% (5,52%). Haute-Savoie FDG : 3,60% (2,97%). Var FDG : 4,91% (5,08%).

Ces 4 députés européens du Front de Gauche siègeront au sein du groupe de la Gauche Unitaire Européenne qui passe de 34 députés en 2009 a 42 dimanche soir marquant une forte progression . Alexis Syriza, le leader des forces de gauche grecques qui résistent à l’austérité imposée à son pays par la troïka, qui était le candidat du Front de Gauche à la présidence de la Commission Européenne , est la révélation de cette campagne tristounette et atone des européennes. La démarche du FDG en France et du Parti de la Gauche européenne présidé, par Pierre Laurent, montre qu’il faut poursuivre et amplifier les convergences, les contacts, les mobilisations entre forces politiques, sociales, syndicales et citoyennes européennes. Le groupe de 42 députés de la Gauche Unitaire Européenne voit ainsi de nouveaux députés les rejoindre au parlement européen confirmant le bien fondé de cette démarche de résistance, de dialogue et de mobilisations alternatives à l’austérité imposée à toute l’Europe.

Enfin, la situation visant à mettre en concurrence les salariés d’un pays à l’autre, imposant la casse industrielle et un chômage de masse nécessite des luttes fortes et coordonnées. Le fait que 46% des ouvriers et près de 30% chez les jeunes aient voté pour le FN n’est sans doute pas étranger au fait qu’il y a 26 millions de chômeurs en Europe dont 5 millions ont moins de 25 ans, soit près d’un jeune sur 4. Que 14 millions de 15-29 ans sont sans qualifications ni formation et que 42% des jeunes en emploi ont un contrat temporaire en Europe, soit 4 fois plus que la population active et que 32% exerce un emploi à temps partiel. A ceux qui font mine de s’interroger et de ne pas comprendre le résultat de dimanche soir, il y a la une piste à travailler beaucoup plus activement !

L’objectif du Parti communiste et du Front de Gauche d’engager un grand combat autour du coût du capital est plus que jamais fondé. Poursuivons et amplifions ce travail de fond.

Jean-Michel Bochaton