SERVICES PUBLICS A LA DIETE AGGRAVATION DES DIFFICULTES POUR LES USAGERS

jeudi 24 octobre 2013
par  PCF Drôme

HOPITAUX.

Le projet de la loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) en discussion à l’ Assemblée nationale à partir du 22 octobre prévoit un déficit de 12,8 milliards d’euros contre 16 ,2 milliards en 2013. En conséquences : réduction des dépenses pour les familles, les retraites et surtout l’assurance maladie et dans ces prévisions :

440 millions en moins pour l’Hôpital.

Combien de suppressions d’emplois, combien de lits fermés, combien de services, voire d’Hôpitaux menacés de fermeture ?
Combien de mois de délai d’attente pour obtenir une consultation ? Comment mesurer l’inquiétude, les souffrances pour le patient, la famille quand le manque de personnel ne permet pas de répondre aux demandes de soins, de réconfort ? Combien de sorties d’hospitalisation prématurées ?

Dans son édition du 22 octobre, l’Humanité dénonce la saturation de quatre services d’urgence en Ile de France, sur 4 jours. Un aperçu : Dimanche 22 octobre 10 h 30 – le service d’urgence de Lariboisière (10e arrondissement) affichait un taux de saturation 131 % soit 46 patients pour 35 lits – même jour, même heure, l’Hôpital Pompidou (15e) explosait avec 51 patients pour 30 lits, soit un taux de saturation de 170 % - même jour, même heure, à l’Hôpital Saint Louis avec un taux d’occupation de 127 % 28 patients pour 22 lits.

Conséquences : pas rare d’attendre huit, dix, douze heures dans certains services d’urgence parisiens… mais aussi de nombreux malades qui restent allongés des heures sur des brancards dans des couloirs…

Et malgré cette situation, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) veut fermer les urgences de l’Hôtel Dieu (4e arrondissement). Elle a licencié le Chef de Service qui se bat avec le Collectif de défense pour le maintien de cet Hôpital.

C’est la Région parisienne mais cette situation n’est-elle pas celle aussi de nos Hôpitaux dans la Drôme ? Nous n’avons pas de chiffres mais n’avons pas tous des parents, des amis, des collègues de travail qui ont attendu des heures aux urgences sur une chaise ou sur un brancard ? un malade hospitalisé renvoyé chez lui pour libérer un lit sans savoir si les conditions familiales permettaient de l’accueillir ?

Dans le programme ‘l’Humain d’Abord » le Front de Gauche proposait un pacte pour un nouvel essor des services publics. C’est plus que jamais nécessaire. Quelles initiatives, quelles actions pour rassembler tous ceux et celles qui non seulement veulent les défendre mais surtout renforcer ceux qui existent et innover avec des nouvelles créations pour répondre aux besoins de notre temps ?


YA}