ECONOMIES ET SECURITE SOCIALE…

mercredi 18 juillet 2007
par  Communication Pcf 26

On nous rebat sans cesse les oreilles avec le prétendu déficit de la sécurité sociale.

Oh !, je ne prétends pas avoir à moi tout seul LA solution, mais je trouve qu’il pourrait y avoir un peu plus de rigueur de la part de la commission d’autorisation de mise sur le marché des médicaments.

En effet, ayant eu récemment un problème oculaire, mon ophtalmo m’a prescrit un médicament ( qui s’est effectivement révélé efficace ) : il s’agit de Sterdex.

Ce qui justifie mon courroux, c’est ceci :

1. Le produit se présente en boîte de 12 récipients unidoses de pommade.
2. La posologie est de 1 à 3 applications par jour.
3. La durée du traitement est en moyenne de 7 jours.

Ce qui veut dire que :

1. Si le traitement prescrit une application par jour , le pharmacien vous donnera 1 boîte et vous jetterez 5 capsules !
2. Si le traitement prescrit deux applications , on vous donnera 2 boîtes et vous jetterez 10 capsules !

En clair, si la durée du traitement doit être de 7 jours, pourquoi ne pas faire des emballages de 7 ou 14 capsules ? En effet la notice précise : « Ne pas réutiliser un récipient unidose déjà entamé ». Ce système ne peut donc qu’entraîner un gaspillage, même s’il y a possibilité de rapporter ce qui reste au pharmacien.

En tout cas, c’est tout bénéfice pour le fabricant !

Ce mardi 17 juillet 2007

Marcel MAGNON

Conseiller Municipal de Montélimar