Assemblée Nationale : LOI SUR LA REFONDATION DE L’ECOLE : DES COMBATS A VENIR

lundi 8 juillet 2013
par  PCF Drôme

Le réseau école prend acte du vote de la loi sur la refondation de l’école à l’Assemblée nationale. Les responsabilités qui sont les nôtres et les combats à venir n’en sont que plus immenses.

Nous savons bien qu’étranglé par des choix ultra libéraux européens auxquels il n’a pas tourné le dos, le gouvernement devra renoncer à tirer les conclusions pratiques de certains principes affichés. L’annonce, au mois de mai, de suppression de postes d’Assistants d’Éducation et d’Assistants Pédagogiques faites dans de nombreuses académies et l’annonce de la baisse de salaire des nouveaux enseignants faite par Vincent Peillon le confirme. Les conditions de la rentrée le montrent déjà. Nous serons aux côtés des forces syndicales et des parents pour que se traduisent dans les faits les concessions qui ont été faites grâce â la bataille des amendements menée par nos parlementaires au Sénat.

Absence de ruptures avec la réforme des lycées Chatel, priorité donnée à l’école primaire alors qu’une véritable refondation exige une refonte de l’ensemble du système éducatif, permanence d’une référence au socle commun, refus d’étendre la scolarité obligatoire de 3 ans à 18 ans … , le texte voté ne verrouille aucune des dérives libérales que nous dénoncions déjà dans le projet Fillon en 2005. Avec le texte de l’ANI et celui pour l’université, il forme un triptyque cohérent répondant aux exigences du MEDEF, aux préconisations de la commission Européenne contenues dans le projet « Europe 2020 » inscrit dans la stratégie de Lisbonne visant « l’économie de la connaissance la plus compétitive du monde Nos luttes trouvent leur énergie et leur sens dans un projet pour l’école que nous portons et qui sont incompatibles avec les orientations définies par Lisbonne et Europe 2020. Parce que l’éducation est un droit fondamental et inaliénable, c’est le service public national d’Etat qui l’assure. Parce que la démocratisation de l’école dans toute la diversité des élèves qu’elle accueille est pour nous la seule manière de répondre aux exigences de savoirs qui se complexifient, l’école doit offrir en son sein même et à tout élève sans restriction ni exclusive le champ complet des savoirs partagés : cela appelle une transformation par le haut des contenus enseignés, de la formation des enseignants et des cursus des élèves mais aussi par la mise en place d’une véritable gratuité de l’école. Parce que nous voulons qu’elle forme des citoyens libres , critiques et créatifs, nous refusons que l’école soit la chambre d’observation et de tri des compétences, visant simplement l’employabilité à court terme des jeunes et futurs citoyens.

Les militants communistes poursuivent le combat avec toutes celles et ceux qui entendent transformer les reculs concédés en avancées concrètes et réelles pour une véritable refondation de l’école. Ils seront de celles et ceux qui ne s’en laisseront pas conter ! 

Réseau école du PCF