« Ensemble, rejetons l’accord national du Medef »

jeudi 4 avril 2013
par  PCF Drôme

Avec la participation d’Antoine Fatigua syndicaliste CGT, Pascal Girard du PCF, Didier Theveniau du Parti de Gauche, Pierre Trapier et Jean-Michel Bochaton, respectivement maire et adjoint au maire à Portes-lès-Valence, la réunion publique du 27 mars à Portes-lès-Valence a donné lieu à un débat interactif et constructif entre les organisateurs et les participants.

► Pour enrichir les échanges, les participants ont analysé le texte et les dangers que représentent « les accord de maintien de l’emploi », de « mobilité interne », le « CDI intermittent », l’évitement de la Justice…

► Dans le même temps, des propositions alternatives ont été appuyées : droit de véto suspensif des représentants du personnel sur les plans de licenciements et de restructurations, une loi sur les licenciements boursiers et pour une reprise des sites de production, une taxation de tous les CDD et contrats d’intérim, affirmer le CDI comme norme obligatoire…

► Plusieurs intervenants ont souligné que les lois ne peuvent pas être subordonnées aux accords. Et que laisser s’instaurer l’inverse reviendrait, dans les faits, à donner à la partie patronale un droit de veto. D’où, en conséquence, la responsabilité des députés et sénateurs de gauche.

► Il a été souligné qu’à l’approche du débat parlementaire, plusieurs initiatives convergentes pour modifier le contenu en faveur des salariés seraient mises en avant. Des parlementaires socialistes, Front de gauche, Europe Ecologie Les Verts ont tenu une conférence de presse pour expliquer la bataille des amendements à mener pour modifier le contenu du texte. Il a été rappelé que des magistrats et des spécialistes des risques professionnels contestent ce projet de loi de « flexibilisation de l’emploi ».

► Les participants ont évoqué l’urgence que tous, syndicalistes, politiques, citoyens poursuivent et amplifient la campagne d’information, multiplient les rencontres avec les parlementaires, participent aux réunions des assemblées citoyennes et se mobilisent le 9 avril , à l’appel de la CGT, de FO et de Solidaires.
YA


L’Humanité du 28 mars nous informe que des militants socialistes font signer un appel à « amender le projet de loi, à améliorer le Code du travail, à écouter les syndicats majoritaires […] Il n’y a rien de plus urgent quand on est socialiste ! »


Portfolio

JPEG - 255.5 ko