TILLEUL...et si la relance passait par la victoire des FRALIB ?

mercredi 3 avril 2013
par  PCF Drôme

Il y a à peine dix ans, UNILEVER se fournissait en tilleul notamment dans la région provençale et en arômes naturels à Grasse (06). Progressivement et ceci depuis le début des années 2000 tout a changé : la direction les a retirés des productions de Géménos (usine FRALIB) pour sauver une usine de Bruxelles qui ne produisait que du thé noir, et remplacé les arômes naturels par des arômes de synthèse, profit maximum exigé !

L’itinéraire d’une infusion de tilleul ELEPHANT, distribuée exclusivement en France est aujourd’hui le suivant :
Le tilleul, matière première, vient d’Amérique centrale. Il est acheminé par bateau jusqu’à Hambourg, puis il rejoint en camion l’usine MARTIN BLAUER 700 km plus loin toujours en Allemagne. d’ici il part encore par la route pour la Pologne et la Belgique où il est mis en sachet et en boîte.

Les boîtes d’infusion sont alors expédiées à une centrale d’achats près de Dijon. C’est de là qu’elles partent enfin vers tous les points de vente de France et de Navarre... en camions.

Bonjour le bilan carbone !

Pas étonnant alors que la production de tilleul de Provence soit passée en dix ans de 800 tonnes à 10 tonnes !

Le projet de coopérative des salariés de FRALIB se propose de rétablir, pour la production d’infusions de tilleul notamment, les filières et circuits courts abandonnés par UNILEVER.

Le « fabriquons et consommons français ! », qui fait son chemin de plus en plus dans l’esprit des consommateurs, ajouté à la volonté affirmée de la région PACA de relancer la production locale bio, dans un cadre économique, social, et solidaire, sont des arguments supplémentaires pour être attentifs à l’avenir de cette SCOPD et en espérer sa réussite.
Notre région et sa production, pays du tilleul, ne peut que voir des avantages au succès d’une telle initiative.

UNILEVER géant de l’agroalimentaire veut fermer son usine de Géménos (usine FRALIB) . Les employés s’y opposent et envisagent de fonder une SCOPD pour maintenir les emplois avec un projet de développement local et de réduction de l’empreinte
carbone.

UNILEVER bloque le projet en supprimant la marque « Éléphant » qui de tout façon aurait disparu à la fermeture de l’usine ! Arnaud Montebourg s’était engagé à débloquer le conflit… ◼

Létice CORNAND