UDI, le député-maire Reynier se donne une virginité

jeudi 25 octobre 2012
par  MD

Vous aviez aimé l’arnaque du ministre Borloo concernant la « maison à 100000 euros » ? Vous aviez adoré le « retenez- moi ou je suis candidat aux présidentielles », séquence grand-guignolesque de la dernière campagne électorale du centriste le plus brocardé des « Guignols de l’info » ? Vous avez estimé « digne » et « top » le retrait et la méditation silencieuse de Borloo ces 6 derniers mois sur ses terres de l’Est ? Alors vous trouverez géniale la nouvelle période qui s’ouvre « Jean-Louis Borloo, le retour » !

Depuis dimanche, Jean-Louis Borloo est le président auto-proclamé d’un nouveau parti : l’Union des démocrates et indépendants (UDI) qui regroupe le Parti radical, le Nouveau Centre, l’Alliance centriste, la Gauche moderne, la Force européenne démocrate.

Les chroniqueurs nous disent que Borloo veut reconstituer ce que fut, jadis, l’UDF chère à Giscard d’Estaing ! Pour bien faire de ce non-événement un temps fort médiatique, plusieurs dignitaires de l’UMP se sont exprimés en indiquant leurs craintes de voir se rallumer les guerres fratricides d’antan entre le RPR et l’UDF. Tout ça ne nous rajeunit pas...

Dans ce capharnaüm pour la lutte des places, le député-maire de Montélimar, Franck Reynier était présent à Paris pour la création de l’UDI nous dit-on. Soucieux des prochaines municipales montiliennes et souhaitant faire oublier tous ses votes à l’Assemblée Nationale, sous l’ère Sarkozy, contre l’emploi, les services publics, les acquis sociaux, Franck Reynier veut se refaire une virginité politique. La création de l’UDI lui permettant, pense-t-il, de se recycler après la fin de mandat destructrice du « Président des riches ».

Au passage, il intègre la direction de cette nouvelle formation politique et le Dauphiné Libéré se plaît à nous présenter Franck Reynier comme un membre possible du « shadow cabinet » dont Borloo annonce la création (entendez gouvernement fictif, pour prouver que Borloo n’est pas tout seul et qu’il aurait, le moment venu, les femmes et les hommes pour mettre en œuvre les politiques de l’UDI).

Rien de nouveau sous le soleil, l’UDI est bien à droite, plus que jamais à droite...

L’histoire ne dit pas ce que deviennent dans cette recomposition Geneviève Girard, ex-maire de droite de Portes-lès-Valence, ex-présidente du Nouveau Centre dans la Drôme et Gérard Oriol, le maire actuel très décrié de Saint-Rambert-d’Albon.


Brèves

10 juillet - Tsipras ou not Tsipras ?

Mélenchon : "Tsipras est l’une des figures les plus minables de la vie politique européenne" (...)

13 juin - Le naufrage de l’Europe forteresse

Edito de l’HUMA du 13 mai . Lire ici

12 juin - Réfugiés / Aquarius

Réfugiés/Aquarius : "Face à la dérive italienne, l’UE au pied du mur" (Ian Brossat - PCF)
Par la (...)

9 juin - ITALIE de tous les dangers

lire ici

27 mai - 3 mois de plus pour SALAH HAMOURI ?

lire ici

22 mai - Budget WAUQUIEZ retoqué

Le tribunal administratif de Lyon a annulé une délibération d’avril 2016, qui allouait notamment (...)

19 mai - JF TEALDI sur le service public de TV

Pour faire 3 heures de diffusion en direct sur le mariage d’un sous prince d’Angleterre, le (...)

16 mai - La fille du minstre Ambroise CROIZAT est décédée

Liliane Caillaud-Croizat est décédée. Jeune enfant pendant l’Occupation et la répression des (...)

15 mai - Compteur linky / réseau intelligent et ENR

Amar Bellal de la revue Progressistes
J’observe la quasi hystérie autour des compteurs Linky. Ce (...)

13 mai - Pas de TV pour le PCF. La censure.

Le PCF interdit d’Émission Politique sur France 2, ça suffit !
Le 17 mai, l’Émission Politique de (...)

6 mai - Après le vote chez AIR FRANCE

Je salue le courage des salariés d’Air France qui malgré toutes les pressions ont dit non au (...)

29 avril - Mireiile CLAPOT chausse ses gros sabots

Quels points communs y-a-t-il entre un(e) migrant(e) qui traverse des déserts, des montagnes et (...)