UDI, le député-maire Reynier se donne une virginité

jeudi 25 octobre 2012
par  MD

Vous aviez aimé l’arnaque du ministre Borloo concernant la « maison à 100000 euros » ? Vous aviez adoré le « retenez- moi ou je suis candidat aux présidentielles », séquence grand-guignolesque de la dernière campagne électorale du centriste le plus brocardé des « Guignols de l’info » ? Vous avez estimé « digne » et « top » le retrait et la méditation silencieuse de Borloo ces 6 derniers mois sur ses terres de l’Est ? Alors vous trouverez géniale la nouvelle période qui s’ouvre « Jean-Louis Borloo, le retour » !

Depuis dimanche, Jean-Louis Borloo est le président auto-proclamé d’un nouveau parti : l’Union des démocrates et indépendants (UDI) qui regroupe le Parti radical, le Nouveau Centre, l’Alliance centriste, la Gauche moderne, la Force européenne démocrate.

Les chroniqueurs nous disent que Borloo veut reconstituer ce que fut, jadis, l’UDF chère à Giscard d’Estaing ! Pour bien faire de ce non-événement un temps fort médiatique, plusieurs dignitaires de l’UMP se sont exprimés en indiquant leurs craintes de voir se rallumer les guerres fratricides d’antan entre le RPR et l’UDF. Tout ça ne nous rajeunit pas...

Dans ce capharnaüm pour la lutte des places, le député-maire de Montélimar, Franck Reynier était présent à Paris pour la création de l’UDI nous dit-on. Soucieux des prochaines municipales montiliennes et souhaitant faire oublier tous ses votes à l’Assemblée Nationale, sous l’ère Sarkozy, contre l’emploi, les services publics, les acquis sociaux, Franck Reynier veut se refaire une virginité politique. La création de l’UDI lui permettant, pense-t-il, de se recycler après la fin de mandat destructrice du « Président des riches ».

Au passage, il intègre la direction de cette nouvelle formation politique et le Dauphiné Libéré se plaît à nous présenter Franck Reynier comme un membre possible du « shadow cabinet » dont Borloo annonce la création (entendez gouvernement fictif, pour prouver que Borloo n’est pas tout seul et qu’il aurait, le moment venu, les femmes et les hommes pour mettre en œuvre les politiques de l’UDI).

Rien de nouveau sous le soleil, l’UDI est bien à droite, plus que jamais à droite...

L’histoire ne dit pas ce que deviennent dans cette recomposition Geneviève Girard, ex-maire de droite de Portes-lès-Valence, ex-présidente du Nouveau Centre dans la Drôme et Gérard Oriol, le maire actuel très décrié de Saint-Rambert-d’Albon.


Brèves

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)

14 novembre 2018 - Le gouvernement cubain a annoncé ...

Le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu’il retirait ses médecins du Brésil, après les menaces (...)

10 octobre 2018 - Le pape FRANCOIS en tonton fligueur du droit des femmes à l’IVG

Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’avoir recours à un tueur (...)

29 août 2018 - Nicolas Hulot ne croit plus à la fable écolo de Macron

Lire ICI