Une stratégie de l’immigration efficace et équitable

jeudi 10 mai 2012
par  PCF Drôme

C’est le titre d’une vidéo que la CIMADE Valence invite à visionner avec le lien ci-dessous
http://www.youtube.com/redirect?q=http%3A%2F%2Fwww.xerficanal.com%2Fe-m-mouhoud-une-strategie-de-l-immigration-efficace-et-equitable-389.html&session_token=uHsnN6eV1PBpWktm8ANgthl4zEZ8MTMzNTAzMTcxM0AxMzM0OTQ1MzEz

Cette vidéo d’une durée de 18 minutes présente de manière claire l’intervention de E.M Mouhoud [1] concernant : Une" stratégie de l’immigration efficace et équitable".

Elias Mouhoub Mouhoud s’est attaché à montrer, chiffres à l’appui, combien la France n’est pas un pays d’accueil. Avec des flux d’immigration représentant 0,2% de sa population, la France se classe ainsi à l’avant dernière rang des pays de l’OCDE, a souligné le professeur d’économie. Le caractère restreint de ces flux prouve que la France n’a pas de politique d’immigration efficace.

Et l’impact de l’immigration sur le marché du travail, soit le niveau des salaires et le taux de chômage, est négligeable selon le consensus des économistes. Pour la bonne raison que les flux sont insuffisants pour modifier le marché du travail. En clair, la substitution se fait entre les migrants et non avec les autochtones.

Fort de ces constats, Elias Mouhoub Mouhoud a ensuite formulé plusieurs propositions pour une politique d’immigration efficace et équitable en France. Il a en particulier insisté sur l’application des lois et la réflexion à mener sur le statut de résident permanent. Le professeur d’économie estime également que la portabilité des droits entre le pays d’accueil et le pays d’origine est une piste à explorer. Il souhaite aussi une « dés instrumentalisation » de l’immigration au travail avec par exemple ma mise en place d’une Commission ad hoc qui communiquerait les vraies données.

Enfin, Elias Mouhoub Mouhoud plaide pour un véritable partenariat euro-méditerranéen afin de créer un espace de circulation des compétences, sans exclure de faire payer par les pays d’accueil une taxe sur la fuite des cerveaux des pays pauvres.


[1E. M. MOUHOUD est Professeur d’Économie à l’Université de Paris Dauphine et à Sciences-Po Paris, et directeur du Groupement de Recherches International du CNRS DREEM (Développement des Recherches Économiques Euro-méditerranéennes).