Eloge et délices du dictionnaire

mercredi 28 mars 2012
par  PCF Drôme

Comment ne pas vivre au rythme des déclamations percutantes du candidat-président ou du président-candidat, on ne sait plus très bien qui il est tellement la confusion est entretenue ?

Comment ne pas souscrire avec compassion aux modestes protestations d’un adversaire (ennemi ?) refusant la diatribe parce que dit-il « elle n’est pas au niveau des enjeux d’une campagne présidentielle » ?

Qu’ elles sont envoûtantes ces images des réunions publiques-spectacles où fleurissent les drapeaux tricolores, où abondent les jeunes (surtout les jeunes), enthousiastes, débordants de confiance et d’espoir, où se mêlent en une fusion intense les têtes connues et inconnues, où les premiers arborent des sourires longtemps éberlués face à des porteurs de caméras complaisants ! L’amalgame populaire en somme, vous savez cette théorie napoléonienne disant « tout le monde il est beau… » !

Qu’ils sont remarquables de concision et de finesse les commentaires des journalistes travaillant « en direct » dans leurs studios, surveillés par leur « rédac-chef » et emmêlant quelquefois leurs propos publics avec leurs convictions privées, le tout accompagné de mimiques gênées ou ampoulées !

Bref, vous l’aurez compris, cette campagne électorale n’aura pas dérogé au sacro saint cirque médiatique où tout est dit avec son contraire, puis oublié, puis ressassé, puis contredit, puis rectifié selon l’adage « mais vous ne m’avez pas bien compris ! » ou le respectable « classique » : « peut être me suis-je mal exprimé ? ».

Reconnaissons que l’on n’en peut mais…

Et malgré cela, ils continuent dans le même registre !

On peut s’arrêter un instant sur la toute dernière « trouvaille » du candidat-président ou du président-candidat (on ne sait plus…) : taper comme une mule sur son adversaire décrété « officiel », j’ai nommé le candidat du parti socialiste, vertueusement « primarisé » quelques mois plutôt et soutenu sans nuances ( ?) par tous ces collègues du même parti.
Le dernier exploit du candidat-président ou du président-candidat (on ne sait…), c’est d’abuser du mot « mensonge » et de ses accessits « menteur » et « mentir » pour discréditer son concurrent décrété par lui « officiel ».

Morceaux choisis de la prestation lyonnaise de ce 17 mars 2012 :
« lorsqu’on construit toute sa campagne sur le mensonge… » ;
« dans une campagne présidentielle, on ne peut pas mentir… » ;
« on ne peut pas dissimuler qui l’on est et ce que l’on veut… » ;
« on ne respecte pas les français …quand on dit tout et n’importe quoi… » :
« nos adversaires ne veulent pas discuter, ils ne veulent pas du débat parce qu’‘ils ne veulent pas que cette campagne présidentielle soit ce qu’elle doit être, une épreuve de vérité… ».

Pas drôle dites-vous ? Vous aurez raison !
Car qu’est-ce que le mensonge ? Qu’est-ce qu’un menteur ? Qu’est-ce que mentir ? Direction les dictionnaires, comme d’habitude.

- Dictionnaire Hachette (1987) « Le mensonge est une affirmation contraire à la vérité, faite dans l’intention de tromper celui qui écoute le propos ». « Le menteur est une personne qui ment, qui a l’habitude de mentir à ses auditeurs ». « Mentir, c’est affirmer ce que l’on sait être faux, c’est nier ce que l’on sait être vrai dans l’intention de tromper autrui ».

- Dictionnaire Robert micro (2006) « le mensonge est une assertion sciemment contraire à la vérité, faite dans l’intention de tromper. Acte de mentir, tromperie, fallacieux, faux ». « Le menteur est une personne qui ment et qui a l’habitude de mentir. Termes synonymes : faux, hypocrite, trompeur ». « Mentir c’est affirmer ce que l’on sait faux ou nier, taire ce que l’on sait être vrai dans l’intention de tromper ».

- Dictionnaire Littré (1974) « le mensonge est un discours contraire à la vérité, tenu avec le dessein de tromper. Le mensonge est erreur, illusion, vanité ».

Citations : « L’homme ne connaît naturellement que le mensonge…il n’est que déguisement, que mensonge et hypocrisie et en soi- même et envers les autres » Pascal, Pensées II. « Le menteur est celui qui a l’habitude de mentir ». Anonyme. « Un menteur est toujours prodigue de serments ». Corneille « Le mentir est un maudit vice » Montaigne I, 36. « Car il y a des gens qui mentent simplement pour mentir » Pascal Pensées VI.

Résumons : l’usage du mensonge se réduit à trois caractères :
Il faut tromper autrui ;
Il faut contrevenir à la vérité :
Il faut affirmer le faux.

Le mensonge est donc une intention maligne d’affirmer que ce qui a été dit par quelqu’un ne correspond pas à la vérité. Plus précisément, il y a mensonge quand une personne affirme avoir réalisé une action alors qu’elle ne l’a pas faite. Ainsi si j’affirme que je ferai ceci ou cela et que je ne le fais pas, je ne puis imposer l’idée que mon projet a été réalisé. Si je dis le contraire ou si j’affirme que quelqu’un d’autre n’a pas fait cette action, je mens volontairement pour camoufler la vérité. Je suis donc un menteur. Non ?

Donc, le candidat socialiste, qui jusqu’à ce jour n’a rien fait au sens de l’action gouvernementale (il est dans l’opposition) ne peut être accusé de mensonge puisqu’il n’a pas eu la capacité d’agir sur le cours des événements. Le traiter de « menteur » relève donc de la plus vilaine intention. Si le candidat socialiste affirme faire ceci, et qu’en possession des responsabilités gouvernementales, il ne fait rien ou il réalise mal sa promesse, alors là, il pourra être accusé de mentir.

Par contre, l’accusateur de Lyon (ou autres lieux de France) de ce samedi 17 mars, a eu, lui, pendant 5 ou 10 ans (selon les fonctions qui furent alternativement les siennes) la capacité et les réseaux pour « faire les choses annoncées », notamment mettre en œuvre la série de slogans menteurs tels :
 « travailler plus pour gagner plus » ;
« à la fin de mon mandat, plus aucun sans abris en France » ;
« j’irai chercher la croissance avec les dents » ;
« qu’on fasse davantage pour la France qui se lève tôt le matin (pléonasme) et travaille dur » (13 mai 2006) ;
« Je veux être le Président d’une France dans laquelle l’Etat aide ceux qui en ont besoin, ceux que les accidents de la vie ont abîmés ».

Et puis, il y a encore ces multiples prophéties de la campagne de 2007.
Qu’on en juge :
« je veux être le président de la réconciliation »
« je veux être le président de la valeur travail » ;
« je veux être le président du pouvoir d’achat » ;
« je veux être le président de toutes les libertés ».

N’y a-t-il pas quelque outrecuidance chez ce président-candidat (etc…) à dénoncer une « intention de faire » chez d’autres alors que lui-même n’a pas souhaité réaliser les promesses annoncées ?

Si ses promesses avaient été tenues au bout de 5 ans, alors la vérité eut pu triomper. Mais à l’évidence, elles ne l’ont pas été ; alors au bilan c’est le mensonge qui prend la place de la vérité.

L’arroseur arrosé en quelque sorte !

Par contre, ce même candidat-président ou président-candidat (etc…) ne ment pas lorsqu’il proclame en janvier 2007 à Saint Quentin que « l’électeur du Front National que nous avons perdu en chemin parce que sa souffrance n’a pas été entendue » doit être récupéré. N’est-ce pas la seule vérité qui vaille pour lui aujourd’hui ?

On vous avait bien dit que le dictionnaire a toujours une belle utilité.
Peut-on conseiller à ceux qui entendent parler le vrai langage de Molière de l’ouvrir souvent (le dictionnaire) afin d’éviter d’être pris en défaut de tromperie caractérisée de l’opinion ? Et si possible d’en ouvrir plusieurs (dictionnaires bien sûr).

Gérard Molines, Montélimar


Brèves

14 janvier - HUMOUR sur l a crise financière

La crise financière expliquée aux nuls.
C’est pas compliqué dit le spéculateur :
"ce que je perds, (...)

9 janvier - BEAUCAIRE mairie FN

Supprimer les menus de substitution à Beaucaire est inacceptable
lire ici

9 janvier - Mumia Abu-Jamal. Alerte pour sa santé !

Intervenez pour qu’il bénéficie au plus vite de soins médicaux !
lire ici https://www.humanite.fr/mumia

2 janvier - ERDOGAN à Paris le 5 janvier

lire ici

29 décembre 2017 - MELENCHON et THATCHER

JL MELENCHON vient de déclarer dans les ECHOS.
"Nous sommes l’un des derniers pays en procédure (...)

28 décembre 2017 - CHOMEUR suspect ?

Pour le macronisme, le chômeur est un suspect qui doit être étroitement surveillé (Olivier (...)

23 décembre 2017 - CATALOGNE, et maintenant ?

Catalogne : pour un dialogue renouvelé et une consultation populaire
Les résultats des (...)

21 décembre 2017 - MENARD SANS FRONTIERES

Ménard et l’apologie du féminicide : une campagne abominable
lire ici

16 décembre 2017 - FINKIELKRAUT, le problème à la souche

lire ici

13 décembre 2017 -  La "CLAUSE MOLIERE" de Laurent Wauquiez annulée

La « clause Molière » de Laurent Wauquiez annulée en Auvergne-Rhône-Alpes
Le tribunal administratif (...)

4 décembre 2017 - MELENCHON SANS LIMITE

lire le nouvel Obs lire ici et aussi dans le Parisien lire ici
Réaction du PCF après le (...)

22 novembre 2017 - LUC FERRY, ancien ministre del’Education et champion du mépris.es

“Si on supprimait les 15% de quartiers pourris en France, avec des établissements dans lesquels (...)