Monsanto jugé "responsable" de l’intoxication d’un agriculteur par un de ses pesticides

mercredi 29 février 2012
par  PCF Drôme

Le tribunal de grande instance de Lyon a jugé le 13 février dernier que le groupe Monsanto était “responsable” de l’intoxication d’un agriculteur français, Paul François, par un de ses herbicides.

Dans le jugement de la procédure en responsabilité civile lancée contre Monsanto par Paul François, le tribunal a estimé que “Monsanto est responsable du préjudice de Paul François suite à l’inhalation du produit Lasso”. 

Les avocats de Paul François avaient souligné que la composition du Lasso n’était pas indiquée sur l’étiquette du contenant, laquelle n’indiquait même pas la nécessité de porter un masque pour utiliser le produit.

Le tribunal a condamné “Monsanto à indemniser entièrement Paul François de son préjudice”, précise le jugement, qui confie une expertise médicale à un médecin de l’hôpital Rothschild à Paris. Cette expertise du préjudice servira à établir l’indemnisation, une première en France. 

Monsanto a annoncé qu’il ferait appel de cette décision de justice.
Dans un communiqué, l’association Générations futures, très en pointe dans le combat anti-pesticides a salué la “décision courageuse du tribunal”. 

François Veillerette, son porte-parole souligne que “la reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans cette affaire est essentielle : les firmes phytosanitaires savent dorénavant qu’elles ne pourront plus se défausser de leurs responsabilités sur les pouvoirs publics ou l’utilisateur et que des comptes leurs sont demandés.”

En 2004, Paul François, agriculteur de Charentes, a inhalé des vapeurs de Lasso, un désherbant de Monsanto, en ouvrant une cuve. Pendant des mois, il a souffert de vertiges, d’évanouissements de maux de tête et de troubles musculaires. Des analyses conduites un an plus tard ont permis de constater la présence de monochlorobenzène dans son organisme.

Ses troubles ont été reconnus comme maladie professionnelle par la Mutualité sociale agricole (Msa) après un premier procès en novembre 2008 devant le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) d’Angoulême . Jugement confirmé en appel en janvier 2010. l’agriculteur est désormais considéré comme invalide à 50 %.

Le Lasso était connu comme dangereux depuis les années 1980 et a été interdit dans plusieurs pays (Grande-Bretagne, Belgique, Canada...) En France, il n’a été retiré du marché qu’en avril 2007.
 

Lu dans le magazine VIVA
http://www.viva.presse.fr