JOURDAN : une stratégie financière avant tout !

vendredi 18 mai 2007
par  Communication Pcf 26

Qui connait la valeur de la marque Charles Jourdan ? 3 millions d’€uros pour l’amérique du nord, autant pour l’amérique du sud ? plus le Japon ? la Russie ? ect ect.....Total ?

Notre lien d’amitié avec la patronat local est bien connu, pour autant nous ne prenons pas les patrons pour des imbéciles. A observer la stratégie mise en place dans l’entreprise Charles Jourdan, nous avons de quoi nous poser des questions et envisager des solutions.

La perte de Mr Bilquez serait de 5 millions d’€uros pour l’instant, sachant que l’entreprise tourne pratiquement à vide. Quel patron est assez riche et stupide pour faire tourner une unité de production sans matière première sans qu’il n’y ait aucun intérèt ??

Convoqué demain, mercredi 16 à 9 heures 30 par le tribunal de commerce de Romans Mr Bilquez devra expliquer une dette de 2,4 millions d’€uros essentiellement à l’URSSAF. Les salariés y seront probablement nombreux et chargés d’inquiétudes pour l’avenir de l’entreprise et donc de leur emploi.

Depuis que l’entreprise a été reprise, après la valse des directeurs, y compris deux par deux, Mr Bilquez c’est toujours voulu rassurant, sans pour celà réunir le comité d’entreprise et donner des élements concrets, delà à prendre les travailleurs pour des demeurés le pas est largement franchi !

La cgt n’a eu de cesse d’inviter les travailleurs à prendre leurs affaires en mains, les menteurs, bonimenteurs et autres baratineurs dont ils sont les victimes, ne vont pas assurer leurs salaires en fin de mois !!

Une fois de plus la patron de Jourdan, Mr Bilquez est venu rassurer, payer une partie des dettes et nous chanter son refrain, "ai confiance.sssss..".

Le tribunal de commerce décide une enquête et donne rendez vous le 12 septembre prochain, et après ?

Peut on sérieusement attendre le mois de septembre que ce patron fasse la démonstration qu’il a investi quelques millions dans une entreprise en pure perte !!

Alors qu’il ne fait rien pour que cette entreprise produise ce qu’elle est en capacité de produire.

Le patronat nous fait une belle démonstration de son incurie, les Romanais ne sauraient laissez dilapider l’entreprise Charles Jourdan, joyaux de notre industrie.

Par le travail de générations d’ouvriers, par les millions de subventions publique, l’entreprise Charles Jourdan nous appartient.

Tant dans les ateliers que sur la place publique, la colère gronde.



Pour plus d’infos visitez le site de l’Union Locale CGT de Romans-sur-Isère