Crise grecque : les peuples européens vont payer.

vendredi 22 juillet 2011
par  Jean Marc DURAND

Le degré exceptionnel de gravité qu’a atteint la crise des dettes publiques en zone euro, à partir de la situation de la Grèce mais aussi du Portugal et d’ l’Irlande avec des risques de contagion à d’autres pays comme l’Espagne et l’Italie, exige d’autres solutions que celles dont vient d’accoucher le sommet européen extraordinaire.

Pour l’essentiel les mesures annoncées poursuivent la même logique que les précédentes contribuant à aggraver la crise systémique. Le cas de la Grèce est de ce point de vue édifiant. Le premier plan de sauvetage qui lui a été appliquée, plan que seul les députés communistes de l’Assemblée nationale avaient rejeté, a conduit à briser la croissance réelle de ce pays avec une explosion du chômage (+8,9% entre fin 2008 et 2001) et à aggraver son déficit budgétaire ( + 6%sur la même période), accentuant dans les faits l’accumulation de sa dette cela malgré les sacrifices demandés à la population.

Nous sommes repartis pour une nouvelle cure d’austérité en Grèce, en Europe et en France dont l’endettement, sous l’effet de la prise en charge publique dune parie de la dette grecque, augmenta de 15 Milliards d’euros. Le Fonds monétaire européen dont se félicite N Sarkozy n’est qu’à but financier, ne permettant en rien un financement d’une relance réelle de l’activité et donc le redémarrage d’une croissance saine, seul moyen de juguler le gonflement de la dette.

Le projet d’un gouvernement économique européen vise à renforcer une conception fédéraliste donc hyper centralisée de la gestion financière au sein de la zone euro ce qui ne peut que participer à accentuer la pression à la baisse des dépenses publiques dans chacun des Etats, c’est-à-dire : suppression de services publics, privatisations, chômage, austérité salariale, casse des systèmes de retraite.

Il est urgent de proposer d’autres solutions qui visent à installer en lieu et place d’une course folle à l’argent un système basé sur le développement de l’humain, permettant de faire de l’Euro une véritable monnaie d’échange et de co-développement en Europe et avec l’ensemble du monde, notamment en direction des pays émergents afin de faire reculer le rôle du dollar et d’aller vers la création d’une monnaie commune de développement à partir des droits de tirage spéciaux du FMI.

Cela passe par le rachat par la Banque Centrale Européenne de titres de dettes publiques, et par le financement direct par cette même BCE dotée d’un fonds social et solidaire, d’investissements publics créateurs d’emplois, respectueux de l’environnement et générateurs d’une élévation du niveau de formation. Ce premier volet serait accompagné d’une taxation de type taxe Tobin des transactions financières des banques, des assurances et des fonds spéculatifs (Hedgefunds) et d’un contrôle de la BCE par les parlements nationaux et européen.

Jean-Marc Durand -Membre de l’exécutif départemental du PCF 26


Brèves

26 janvier - L’Allemagne écolo ?

L’Allemagne s’achemine vers un arrêt de l’exploitation du charbon pour sa production d’électricité (...)

11 janvier - LABAUME est remplacé par nomination

Les lecteurs du Dauphiné auront appris, hier 10 janvier, que Patrick Labaune n’est plus (...)

6 janvier - Favorables au retour de l’ISF

Plus des deux tiers (77%) des Français sont favorables au rétablissement de l’impôt de la (...)

28 décembre 2018 - ESPOIR pour MUMIA ?

Lire l’HUMA ici

19 décembre 2018 - TROP CON ?

Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée
« Nous avons insuffisamment expliqué ce (...)

18 novembre 2018 - Déclaration de l’AFPS

L’adoption de la loi sur "l’État-nation du peuple juif", l’accentuation de la colonisation, de la (...)

14 novembre 2018 - Le gouvernement cubain a annoncé ...

Le gouvernement cubain a annoncé mercredi qu’il retirait ses médecins du Brésil, après les menaces (...)

10 octobre 2018 - Le pape FRANCOIS en tonton fligueur du droit des femmes à l’IVG

Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’avoir recours à un tueur (...)