L’AFPA : UN OUTIL AU SERVICE DU PUBLIC EN VOIE DE DEMANTELEMENT

mardi 21 juin 2011
par  PCF Drôme

Dans la lettre du groupe Front de Gauche à la Région Rhône Alpes, Mylène CHARRE, représentante syndicale AFPA Rhône Alpes commente la situation actuelle de l’ AFPA - extraits-

« Le gros problème actuel de l’AFPA est le désengagement de l’Etat :
-financier car ils nous doivent 2 x 80 M d’euros (en investissement) v - au niveau du recrutement des stagiaires puisqu’ils ont donné nos psychologues de travail à pôle emploi du coup, il n’y a plus de service qui remplit ces fonctions au sein de nos formations ;

- l’Etat a essayé de transférer le patrimoine à l’AFPA mais les conseils constitutionnels et européens ont imposé leur refus.
L’Etat ne nous versant plus un seul euro d’investissement, c’est l’AFPA qui autofinance des sommes énormes.

Le conseil administratif de l’AFPA va changer et l’Association des Régions de France (ARF) devrait y jouer un rôle important sur les décisions futures. Si le directeur général de l’AFPA était réélu, il appliquerait la marchandisation de la formation professionnelle comme le demande l’Etat, si c’était l’ARF et les partenaires sociaux qui étaient majoritaires, ils pourraient remettre au cœur de l’AFPA nos missions de service public.

La casse organisée de la formation pro et de nos services d’accompagnement met à mal la qualité du service rendu par le personnel et leurs conditions de travail.
Tout se dégrade, nous assistons a des fermetures de formations « non rentables » et nous avons des inquiétudes sur le devenir de certains centres.
Des mobilités vont être imposées à des formateurs pour répondre à des commandes spécifiques du Conseil Régional sur des bassins d’emplois où l’AFPA n’est pas présente.

Nous assistons à la diminution draconienne du personnel d’appui (administratif et services) pour réduire les coûts et être les moins disant dans les réponses aux appels d’offres.

Pour nous, 3 points sont donc essentiels à la défense de l’AFPA :

- Il faut transférer le SSIG ( services sociaux d’intérêt général ) dans le droit français et arrêter les appels d’offres qui cassent le service public

- Il faut arrêter que chacun (Etat, CR, Missions locales, pôle emploi) priorise son public et bloque par les différents statuts de leurs publics l’entrée en formation. Les demandeurs d’emploi n’ont pas à s’occuper du financement, cela relève plutôt de la Région, chaque demande de formation doit avoir une solution.

- Il faut redonner à l’AFPA les moyens humains et financiers pour qu’elle rende ses missions de Service Public »

Une pétition est en cours de signature, à l’initiative de l’intersyndicale AFPA(CGT - SUD - FO - CFDT - CGC - CFTC) Pour la signer cliquer ici
http://www.mesopinions.com/non-au-demantelement-de-l-afpa-petition-petitions-f69e2919563021dfbb67afe745dd08c4.html