Des mesures pour les banques, pas d’aide directe pour les éleveurs

mercredi 22 juin 2011
par  Les Allobroges de la Drôme

Communiqué du MODEF :

« On allait voir ce qu’on allait voir » ! Des mesures importantes devaient être annoncées par le Président de la République lors de sa visite en Charente.

Mais d’annonce importante il n’y a point eu, pas plus que de chiffrage des mesures. Certes le Président de la République a annoncé un décalage d’un an du remboursement des emprunts, mais cette mesure ne concerne que les emprunts contractés par les éleveurs en 2009 dans le cadre du plan Poligny [1].

Le Président de la République a également annoncé, le versement d’avance de trésorerie dans l’attente des indemnisations du fonds de garantie des risques agricoles.

La principale disposition annoncée par le Président de la République est qu’il n’y aura pas d’aide directe.

Cette visite en Charente est en fait un non évènement pour les éleveurs sinistrés. Les vrais gagnants sont en réalité encore une fois les banques, qui vont toucher de l’Etat, les intérêts liés aux reports d’un an des prêts Poligny et les intérêts des prêts de trésorerie qu’elles accorderont aux élevages viables.

Quelques centaines de millions d’euros alors que rien qu’en achat d’aliments grossiers et de concentrés, les éleveurs ont besoin de plus de 2 milliards d’euros pour assurer la survie de leur cheptel.

Le MODEF solidaire des éleveurs en détresse demande au Président de la République et à son gouvernement de ne pas jouer avec les nerfs des éleveurs. Des drames se jouent dans nos campagnes et il est du devoir de l’Etat de prendre toutes les dispositions pour les éviter, notamment :

- Réquisition des pailles et fourrages, céréales et produits de substitution nécessaires à la survie des cheptels bovins en zones sinistrées et ce au prix moyen des cinq dernières années.

- Aides directes d’au moins 2 milliards d’euros pour permettre aux éleveurs de faire face aux surcoûts alimentaires.

- Arrêt des importations de viande bovine pour dégager le marché.

- Fixation d’un prix plancher rémunérateur en viande bovine et en lait.

- Aide logistique armée, SNCF pour transport et stockage des fourrages ...

Le Président du MODEF, Jean MOUZAT
 

 


[1Mardi 27 octobre 2009, à Poligny, dans le Jura, le Président de la République a dévoilé son plan de soutien à l’agriculture. Un plan "sans précédent" de 650 millions d’euros d’aide et d’un milliard d’euros de prêts bonifiés pour permettre de faire face à une crise "absolument exceptionnelle"