DIE CONSERVE UN CONSEILLER GENERAL COMMUNISTE

vendredi 1er avril 2011
par  Philippe LEEUWENBERG

Le canton de Die conserve un Conseiller général Communiste et montre son ancrage à gauche y compris dans la ville de Die.
Avec 55,86% des suffrages, c’est une belle victoire pour l’ensemble de la gauche Dioise et pour le Diois dans son ensemble (les 4 cantons sont à gauche).
Il faut souligner la qualité du travail de Bernard Condette Conseiller général sortant auprès des communes, des associations et au plus proche des personnes, notamment en situation de grande précarité, de plus en plus nombreuses.
Le passage de relai est réussi comme l’avait été celui laissé par Jean Pierre Rambaud.

La dynamique de rassemblement s’est appuyée sur un soutien du PS et d’une partie de la base militante locale au départ, puis par un élargissement sur le terrain.
Ce travail de fourmis a permis d’impliquer dans la campagne des militants divers à gauche, des citoyens et sympathisants, à Die et dans tous les villages.

Elle s’est aussi construite sur des contenus élaborés par nous puis enrichis au fil des discussions et des rencontres : importance des services publics comme bien commun, soutien aux communes et aux départements contre la réforme des collectivités territoriales, questionnement sur la démocratie, le rôle de l’élu et des citoyens, priorité au social.

Ces débats ont toujours été entretenus par les communistes Diois à travers leur journal local (Commdiois) et les réunions publiques. Souvenons-nous du démarrage de la campagne le 15 janvier anniversaire du journal, où la dynamique collective, primordiale dans cette campagne, était lancée. Puis de la rencontre avec André Chassaigne où le débat sur l’écologie et le communisme s’était déroulé avec intelligence et convivialité.

Le débat doit maintenant s’élargir, s’ouvrir et continuer avec toutes les forces de gauche.
Cette campagne nous a appris que les discussions de sommet, les accords politiques, s’ils ont un rôle à jouer ne peuvent remplacer le travail de terrain. Un militant socialiste dans la joie dimanche soir après les résultats nous disait « nous sommes partis de bien bas ».

Nous avons tissé pendant cette campagne le réseau avec qui nous pourrons travailler dès aujourd’hui, habitants, maires, élus, militants politiques. Ce maillage brodé dans le respect et la diversité, a démultiplié notre campagne. Nous continuerons de travailler à ce rassemblement large au-delà des forces politiques existantes.

Nous regrettons le fort taux d’abstention, jamais vu à Die (44% au second tour). Nous avons une responsabilité forte pour redonner à la politique une image positive, correspondant simplement à la réalité de la fonction d’élu.

Dans chaque village nous avons souligné l’importance du travail discret des conseillers municipaux et maires. Aucun d’eux ne passe ses vacances en jet privé aux frais de dictateurs. La généralisation, le simplisme et les egos sont les ennemis de la politique. Le comportement en fin de campagne d’un groupuscule irresponsable nous a choqué, il ne participe pas à donner une image juste de ceux qui font de la politique dans la Drôme. Notre résultat confirme que la diffamation est l’arme des faibles et ne sert à rien dans une campagne.

Nous remercions ici particulièrement tous les camarades qui nous ont apportés soutien moral et pratique, du coupeur d’oignons le 15 janvier, aux colleurs d’affiches, à tous les membres de la fédération pour leurs soutiens et la confiance qu’ils nous ont accordés.

Philippe Leeuwenberg
Conseiller général, canton de Die


Le soir du deuxième tour à Die, sur la photo, de gauche à droite, Jean Pierre Rambaud, Conseiller général honoraire, ancien maire de Die, Philippe Leeuwenberg qui remplace Bernard Condette, et Claudine Giron suppléante de Philippe Leeuwenberg.