Soutenir les aspirations des peuples qui se soulèvent

mercredi 16 mars 2011
par  Jean-Luc FARGIER

Les communistes de la section de Valence sont très attentifs à la situation de tous les peuples qui sont entrés en révolution. Nous condamnons avec la plus grande fermeté les recours à la force, à la répression et aux assassinats perpétrés par des pouvoirs dictatoriaux à l’agonie.

Nous soutenons les aspirations des peuples qui se soulèvent. Leurs besoins de liberté et de démocratie sont respectables et irrépressibles.

En toute souveraineté, ces peuples doivent pouvoir choisir leurs constitutions législatives, leur mode démocratique de gouvernement, la maitrise de leur économie et leurs politiques nationales dans le cadre des droits humains universels.

Pour toutes les femmes et tous les hommes épris de liberté et de justice, la démarche engagée par ces peuples, et non encore aboutie, suscite l’enthousiasme et beaucoup d’espoirs. Ces révolutions éclatent dans des Etats où elles n’étaient pas d’abord attendues, bien que les conditions de vie y fussent très dures et les droits humains quasiment inexistants ; deux caractéristiques propres aux dictatures.

Ces régimes se sont maintenus par la terreur et la répression, mais aussi avec l’appui, la bienveillance et la complicité d’Etats dits pleinement démocratiques. Ceux-ci sont bien moins soucieux de la misère et de l’oppression subie par les peuples que des intérêts financiers et commerciaux des grandes firmes qui ont tiré les plus grands profits des conditions de surexploitations inhumaines.

Parmi ces Etats conciliants avec les tyrans figure en bonne place la France de Sarkozy et du Medef. Au nom du pragmatisme, de nombreuses délocalisations d’industries et d’entreprises ont été encouragées vers les nations opprimées.

Trop, beaucoup trop de larmes et de sang ont coulé et se sont transformés en or pour ces sociétés tyranniques. Trop, beaucoup trop de drames pour les salariés qui ont perdu de bons emplois suite à la fermeture de leurs entreprises. Trop, beaucoup trop de souffrances pour ceux qui travaillent dans des conditions de misère et d’exploitation d’un autre âge. Trop, beaucoup trop de mise en concurrence des salariés et des niveaux de droits des peuples.

Ces règles imposées par l’ultralibéralisme sont incompatibles avec la liberté et la démocratie.

Avec la surexploitation des êtres humains, ces nations opprimées ont été le plus souvent dépossédées de leurs ressources naturelles et de leurs matières premières. Les conditions honteuses d’extraction et la gestion calamiteuse de ces richesses naturelles ont été guidées, là aussi, par les intérêts mercantiles de quelques firmes en bonne entente avec les tyrans.
Seules de fortes connivences politiques et économiques autorisent encore l’existence des dictatures dans le monde d’aujourd’hui.

Les communistes de la section de Valence sont convaincus de la nécessité de construire entre les peuples des coopérations équilibrées à tous les niveaux et dans tous les domaines, avec des échanges mutuellement avantageux dont la valeur ne soit pas seulement mesurable en € ou en $, dans le cadre de relations d’égal à égal et non de dominants à dominés, avec la réciproque exigence du respect des droits humains universels. Ce sont aussi les conditions de base d’un développement soutenable et d’une Paix durable pour tous les citoyens de la planète.

Jean-Luc FARGIER >br/>
secrétaire de la section PCF de Valence