« le Prix de l’Or »

vendredi 28 janvier 2011
par  Françoise SZYNKMAN

Samedi 8 janvier 2011 le collectif Valence de soutien aux sans papiers et sans droits, l’association Survie (libérons-nous de 50 ans de Françafrique !), le Laboratoire, organisaient une projection d’un film de Camille de Vitry sur l’exploitation de l’or au Mali.

Participaient aussi à cette manifestation, des membres du Ministère de la régularisation globale de tous les sans papiers (regroupant les Collectifs de Sans Papiers (CSP))venus exprès de Paris.

Le ministère a décidé de participer au Forum Social Mondial à Dakar en février, et de faire partie d’une des caravanes qui vont converger vers Dakar (Bamako-Dakar). Ils ont besoin d’aide financière et les trois organisations sus-citées ont décidé d’organiser cette manifestation.

La réussite a été au-delà de nos espérances : 130 personnes présentes et 900 euros collectés, qui ont été intégralement versés aux représentants du ministère qui avaient fait le voyage à Valence.

Camille de Vitry, invitée par le Laboratoire, a réalisé, entre autres, un film sur l’exploitation de l’or au Mali : cas typique de l’exploitation néocoloniale qui continue en Afrique. Des entreprises étrangères exploitent les richesses minières, polluent comme elles n’oseraient le faire nulle part ailleurs, exploitent la main d’œuvre … ne laissent sur place que des paysages dévastés et des poisons (cyanure) et exportent l’or. Aucun échange de savoir-faire, seuls quelques % des richesses produites restent au Mali … et dans quelques poches seulement.

Ceux que l’on connait en France sous le nom de « sans papiers » sont au cœur de cette exploitation  :
Ils viennent pour beaucoup d’entre eux, de pays que le colonialisme a exploité directement pendant des décennies, que le libéralisme d’aujourd’hui continue de piller, et qui les exploite sans retenue quand ils viennent ici, chercher de quoi améliorer leur vie, celle des leurs, de leur village ou de leur région. En les maintenant dans cette situation précaire (sans papiers) notre pays permet qu’ils soient sur-exploités en tant que travailleurs.

Voilà brièvement résumées les raisons pour lesquelles nous leur devons, à mon avis, un soutien sans faille (qu’ils se battent avec la CGT ou dans les CSP)

Françoise SZYNKMAN


A lire "L’or Nègre", de Camille de Vitry avec les ressortissant-e-s de Sadiola
"Le récit, vrai, vécu et romancé, d’une enquête acharnée sur la gigantesque mine d’or de Sadiola au Mali"