La protection de l’enfance est-elle une priorité nationale ?

lundi 24 janvier 2011
par  PCF Drôme

L’Assemblée nationale a adopté la proposition de loi le 13 janvier dernier, sur "le suivi des enfants en danger par la transmission des informations "entre départements. Roselyne Bachelot, Ministre des solidarités et de la cohésion sociale a annoncé à cette occasion l’imminence d’un décret.

Pour Marie Hélène Amiable (députée communiste, membre du groupe GDR) "la protection de l’enfance, comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, est une priorité nationale. Cette proposition de loi aurait pu recueillir notre assentiment, mais nous nous abstiendrons, pour plusieurs raisons.

D’abord, ce texte est présenté, je le répète, alors que le Gouvernement vient de supprimer le Défenseur des enfants, et à un moment où le désengagement de l’État en matière de protection sociale se vérifie par votre refus de vous engager, madame la ministre, en ce qui concerne l’avenir du fonds national dont nous avons parlé.

En outre, la loi de 2000, qui était destinée à renforcer le rôle de l’école dans la prévention et la détection des faits de maltraitance à enfant n’a toujours pas eu de décrets d’application. Ceux-ci devaient fixer les modalités d’organisation des visites médicales, de détection des enfants maltraités. Dix ans après, les décrets ne sont toujours pas publiés.

Enfin, il nous semble qu’en face des intentions, il faut mettre les moyens".