Construire un projet d’avenir pour l’hôpital public d’aujourd’hui et de demain

vendredi 10 décembre 2010
par  Yvonne ALLEGRET

L’objectif du gouvernement est de répondre aux exigences du Medef dans le cadre de la Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) : asphyxier les finances des hôpitaux publics, , les mettre en déficit afin de les conduire à réduire les emplois, à diminuer leur activité, à fermer des services au plus grand profit des cliniques commerciales.

L’exemple n’a-t-il pas été donné par l’Allemagne qui a même réussi à vendre au privé des centres hospitaliers universitaires (CHH) ?
De nombreuses luttes sont porteuses d’exigences nouvelles : les infirmières anesthésistes manifestent depuis plus de 7 mois pour la reconnaissance de leur qualification, de la pénibilité du travail, de la sécurité des soins.

Les résistances de l’ensemble des personnels, des élus, des usagers contre la casse des hôpitaux de l’APHP [1] (Tenon, Antoine Béclère…) de l’hôpital psychiatrique Marchant/Toulouse, de l hôpital de Decazeville … pour notre département la mobilisation permanente pour conserver la maternité et la chirurgie à Die.

Dans le libre « protection sociale en danger » Michel Limousin et Catherine Mills proposent :
Concernant la gestion hospitalière, un plan d’urgence emploi formation est incontournable afin de sortir de la crise démographie médicale, pour l’hôpital comme pour les soins de ville. Ce sont au minimum 40.000 infirmières et 9000 médecins par an qu’il s’agirait de former pour inverser la tendance actuelle de la démographie médicale (…)

Que la taxe sur les salaires soit supprimée à l’hôpital public et que l’interdiction d’emprunter sur leurs fonds propres de fonctionnement soit mise en œuvre.

Enfin les hôpitaux devraient être remboursés de la TVA comme le sont les collectivités territoriales. Cette mesure ouvrirait la possibilité pour une renégociation des rapports en Sécurité Sociale et hôpital public dans le sens d’économies partagées.

Une démocratie sanitaire et sociale serait à construire ce qui impliquerait de réhabiliter les élections des administrateurs des caisses d’assurance maladie, avec également des droits et des pouvoirs nouveaux des salariés et des malades dans la gestion de l’hôpital lui-même.

Des propositions soumises au débat.
Le groupe Front de gauche et Alternative citoyenne au Conseil régional d’Ile de France a fait adopté un vœu proposant l’organisation d’assises régionales de la santé. Le Nord Pas de Calais a fait la même démarche. D’autres régions devraient suivre.

En décidant de participer aux Assises régionales de la santé, le PCF entend s’engager dans la construction de lieux d’intervention citoyenne, pour, avec les professionnels, les syndicats, les usagers, les associations, les élus, construire un projet d’avenir pour l’hôpital public d’aujourd’hui et de demain.

Yvonne ALLEGRET


[1Assistance Publique Hôpitaux de Paris