Budget de la Région Rhône Alpes

vendredi 29 octobre 2010
par  PCF Drôme

Lors de l’Assemblée plénière du Conseil Economique et Social de Rhône Alpes, le 19 octobre dernier, le groupe FO a formulé son avis sur les orientations budgétaires de 2011.

Le groupe FO rappelle que des millions de salariés manifestent pour obtenir le retrait d’une « réforme des retraites injuste et inacceptable, première étape d’un plan de rigueur qui fait payer à chacun les conséquences de la dérive d’un système financier international qui a fait de la spéculation l’essentiel de son action ».

Le syndicat poursuit : « la crise est là … elle est profonde … elle modifie en profondeur le tissus économique et social de notre Région ». Par son action la Région joue un rôle d’amortisseur de la crise que les observateurs internationaux reconnaissent au système économique et social Français. Ce rôle d’amortisseur a des limites, les orientations budgétaires de 2011 en témoigne, constate FO, qui insiste sur la nécessité de trouver de nouvelles ressources de financement. Faute de quoi, les collectivités auront de plus en plus de mal à bâtir un budget propre à satisfaire les besoins.

Le mouvement de centralisation du pouvoir avec la réforme générale des politiques publiques (RGPP) l’affaiblissement du potentiel des collectivités, le mépris des corps intermédiaires que sont les partenaires sociaux et le tissus associatif, note FO, sont autant de signes inquiétants qui mettent en danger la démocratie et la République.

FO partage l’idée directrice des orientations budgétaires visant à un budget orienté sur l’urgence de sortie de la crise en étant offensif et responsable. Mais s’interroge sur la compatibilité des dépenses de fonctionnement avec les axes « volontaristes » présentés. « Le gel des dotations de l’Etat sur trois ans aux Régions, les conséquences des mesures fiscales dues à la réforme des finances locales, malgré les fondamentaux sains des finances de la Région, sont autant d’ombres portées sur les intentions louables.

Quand, parallèlement, l’Etat annonce une baisse de 10% des dépenses d’intervention au budget 2011 avec la poursuite des suppressions de postes de fonctionnaires, c’est tout l’édifice de l’action, particulièrement en matière d’emplois, qui risque d’avoir des difficultés qui sont d’ores et déjà là pour nombre de structures intervenant notamment dans le champ de l’insertion ».

Pour FO, c’est toute une politique économique et sociale qui est en cause. La rigueur qui est en fait un appauvrissement des moyens de l’ensemble des politiques publiques rendra encore plus difficile la « relance de la croissance ». Indispensable pour sortir de la crise. C’est cela, conclue le syndicat, que les mouvements sociaux en cours, dont FO et partie prenante, veulent exprimer.

Le groupe FO a émis un avis favorable sur le projet d’avis.

Paul GOYARD