Retrait du projet Sarkozy-Woerth Le groupe Front de Gauche à la Région Rhône Alpes dépose un voeu

mardi 26 octobre 2010
par  PCF Drôme

Exposé des motifs :

Des millions de citoyens sont mobilisés dans tout le pays contre la remise en cause de la retraite à 60 ans que le gouvernement veut imposer pour satisfaire les intérêts des marchés financiers. Salariés du secteur privé ou de la fonction publique, de toutes les générations confondues, le mouvement social s’organise pour faire reculer la droite et infliger une défaite décisive à Nicolas Sarkozy. La population soutient à plus de 70% cette mobilisation qui ne faiblit pas.

Dans le même temps, le gouvernement s’enferre chaque jour un peu plus dans une posture dangereuse et provocatrice qui le décrédibilise. Le choix de la tension est irresponsable. Il bafoue la démocratie.

Conscient du rejet qu’il suscite, il s’enferme dans une fuite en avant sécuritaire. Quand le gouvernement se révèle à ce point en faillite et incapable de porter l’intérêt général, c’est le peuple qui doit intervenir.

Un sursaut démocratique est indispensable alors que les conditions de vie de la majorité de la population ne cessent de se dégrader.

C’est ce que le mouvement social, depuis le début de la rentrée, exprime. Il doit maintenant être écouté.

Le refus obstiné du gouvernement d’entendre les revendications et les propositions alternatives qui lui sont adressées ont conduit à un blocage et des perturbations grandissantes dans notre région, dans les transports TER, les lycées et les institutions régionales.
Le gouvernement doit aujourd’hui assumer sa responsabilité dans la situation de tension que connaît notre pays, et prendre les dispositions nécessaires pour trouver des débouchés rapides, démocratiques et partagés.

A cette fin, nous exprimons le vœu suivant :
VŒU :

Le Conseil Régional Rhône-Alpes demande au président de la République, Nicolas Sarkozy, de prendre les seules décisions permettant de sortir de la situation de blocage que connaissent notre pays et notre région :
1) le gel des débats au Parlement
2) le retrait du projet de réforme des retraites
3) la reprise des négociations sur d’autres bases avec les organisations syndicales.