Valence : une soirée contre le "féminicide" au Kivu

mardi 21 septembre 2010
par  PCF Drôme

Marche Mondiale des Femmes 2010
Appel urgent pour une soirée contre le "féminicide" au Kivu, organisée par "Femmes en luth" à la Maison des sociétés Vendredi 24 septembre 2010 de 18 à 23 h.
Repas pluriculturel sur place
Débat animé par une journaliste originaire de RDC, Elsa Vumi, qui partira ensuite en RDC pour couvrir l’arrivée de la Marche....

Les témoignages des rescapés ou des témoins se succèdent dans l’horreur. De véritables actes de barbarie, perpétrés collectivement tous les jours depuis 10 ans (au Kivu, chaque jour, 50 viols de personnes féminines, âgées de 5 mois à 80 ans), s’apparentent à un véritable féminicide" et devraient relever d’un Tribunal Pénal International que des experts de l’ONU et de nombreuses ONG des droits humains s’emploient aujourd’hui, dans le silence médiatique international, à réclamer.....

"Féminicide", c’est à dire destruction volontaire de l’origine même de la vie par le vagin. Pourquoi ? L’est de la république du Congo est riche de minerais stratégiques... Ces immenses richesses attirent la convoitise des multinationales occidentales et asiatiques et sont la source de perpétuels déplacements de population et d’innombrables conflits dans un pays où la guerre a fait plus de 10 millions de morts en 10 ans.

C’est pour alerter l’opinion internationale que les porte-parole de la troisième Marche Mondiale des Femmes ont choisi le Kivu comme lieu hautement symbolique de l’aboutissement de cette marche.

"Femmes en Luth", comptant aujourd’hui 64 femmes représentant une vingtaine de nationalités, parmi lesquelles de nombreuses congolaises originaires de RDC, a choisi de relayer information et action.
Nous, citoyens, citoyennes, associations, organisations, éluEs, médias qui sont le relais de l’information, devons tout faire pour empêcher que se poursuive ce crime contre l’humanité.

Nous comptons sur votre participation nombreuse vendredi prochain. Une soirée d’un temps précieux, on le sait, c’est peu et c’est beaucoup ....pour un échange qui doit aboutir à des propositions d’action.

Pour "femmes en luth" : Odile Schwertz-Favrat